Société

L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7h46

Richard Ferrand président de l'Assemblée Nationale dans les locaux de France Bleu Breizh Izel
Richard Ferrand président de l'Assemblée Nationale dans les locaux de France Bleu Breizh Izel © Radio France - Soisic Pellet

Un G7 parlementaire à Brest, pour quoi faire ? Richard Ferrand explique

Diffusion du jeudi 5 septembre 2019 Durée : 5min

La région de Brest accueille dès ce jeudi soir le G7 parlementaire, la réunion des présidents des parlements des sept pays les plus industrialisés de la planète : France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Japon, Canada, Allemagne, Italie. Au centre des discussions, la préservation des océans : "La mer représente 70% de l'espace terrestre et c'est évidemment un aspect très important en terme de ressources pour les énergies renouvelables mais également la consommation humaine", rappelle Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale, qui invite ses homologues sur ses terres.

"installer des coopérations pour protéger la mer"

Pour en faire des lois? "Faire des projets de loi n'est pas toujours la solution", affirme l'élu, "l'enjeu est de voir comment la gouvernance internationale peut être créée sur le sujet. Comment on peut installer _des coopérations pour protéger la mer_, préserver les espaces maritimes et faire émerger de nouvelles pratiques."

Au programme également le Royaume-Uni et l'Italie

Mais le G7 sera évidemment aussi le lieu de discussions en coulisses sur les situations politiques mouvementées en Italie et au Royaume-Uni : "En marge des séances de travail sur la mer, les rencontres bilatérales sont prévues. Je vais donc parler avec mes homologues. On parlera donc de la situation en Italie ou au Royaume-Uni."

Un G7 en plein Ilophone à Ouessant

Ce G7 parlementaire se heurte à l'agenda des manifestations en Bretagne. "Je suis fan de l'Ilophone et Ouessant est dans ma circonscription donc je regarde ça avec soin. Tout sera fait pour que ça se passe bien et que la gêne soit limitée. On ne fixe pas les dates d'une rencontre internationale en fonction d'un festival. Ce que j'aimerais d'abord c'est qu'on partage ensemble la fierté d'accueillir cette rencontre sur la pointe bretonne. Ça va permettre de faire connaître nos savoir-faire. Il faut d'abord regarder les choses comme étant un atout. Et on mesure que les gênes seront in fine tout à fait minimes."