Toutes les émissions

L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7H45.

Dans une maison de retraite (illustration)
Dans une maison de retraite (illustration) © Maxppp -

Les directeurs de maisons de retraite demandent plus de moyens

Diffusion du mercredi 13 mars 2019 Durée : 5min

Qui n'a pas entendu ces récriminations contre les maisons de retraites ? Dernière en date, un soignant maltraitant en région parisienne. "Quand des prises en charges ne sont pas bonnes, quand la maltraitance existe, il faut le dénoncer", estime Bertrand Coignec, président de l'association des directeurs d'EHPAD de Bretagne. Mais halte à l'"EHPAD bashing", le dénigrement systématique. "Cette tendance est nuisible pour beaucoup de monde, et peut démotiver des personnels qui pour l'immense majorité d'entre eux travaillent très bien. "

Les assises nationales des EHPAD à Paris sont l'occasion de faire le point sur ce qu'il faut améliorer : D'une part, "des investissements et du matériel : il existe des systèmes de transfert de personnes du lit au fauteuil, beaucoup d'établissements ne sont pas équipés, il faut les moderniser", rappelle Bertrand Coignec qui dirige une maison de retraite à Plougastel, dans le Finistère, mais aussi et surtout du personnel : "On a un métier basé sur beaucoup d'humain, de relationnel. Le _personnel est insuffisant_. On a besoin de revaloriser ces métiers souvent à des niveaux de rémunération assez faibles."

Pour le moment, pas de mesure précise annoncée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, un rapport détaillé sera présenté le 28 mars.

Il y a aussi la question du reste à charge : 1.900 euros à payer par résidant :"C'est difficile de faire moins cher, sauf si l'Etat, l'assurance maladie, les départements, contribuent plus. Le niveau moyen des retraites en France est à 1.200 euros par mois. La plupart des retraités n'a pas les ressources suffisantes pour être hébergées en EHPAD."

En fait, le coût d'un hébergement en maison de retraite est deux fois plus élevé : "C'est le prix de l'accompagnement de personnes en perte importante d'autonomie et qui ont besoin de soins."