Toutes les émissions

L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7H45.

L'Europe n'a pas encore tranché sur la prolongation de l'utilisation du glyphosate.
L'Europe n'a pas encore tranché sur la prolongation de l'utilisation du glyphosate. © AFP

Prolongation du glyphosate : les avis divergent

Diffusion du jeudi 26 octobre 2017 Durée : 5min

Sandrine Le Feur, députée de Morlaix, demande le retrait du glyphosate. Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère, lui, veut du temps. Un échange à l'image des débats à la Commission européenne.

L'Union européenne a reporté son vote sur le renouvellement du glyphosate. La Commission devait décider de prolonger l'utilisation de l'herbicide pour les dix prochaines années. Mais aucun compromis n'a été trouvé.

Députée La République en marche, Sandrine Le Feur a signé une tribune pour le retrait du pesticide. "La France propose un renouvellement à quatre ans, c'est déjà une avancée mais le débat, lui, ne doit pas être reporté à cette échéance", explique Sandrine Le Feur, également agricultrice.

"Le glyphosate est potentiellement cancérigène mais comme le saucisson" Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère

Selon Robin des Bois, 206 tonnes de glyphosate sont utilisées en moyenne chaque année, dans le Finistère. L'association pointe du doigt 40 000 hectares de maïs, les vastes cultures de pommes de terre, de choux-fleurs, de tomates et d'artichauts.

Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère, confirme ces chiffres mais dément l'utilisation de l'herbicide dans les champs de légumes. "Ils accusent le monde du légume mais les producteurs utilisent très peu de glyphosate. On sarcle nos champs !"

Selon le légumier, "il est temps d'arrêter cette hystérie politico médiatique. Le glyphosate est potentiellement cancérigène mais comme le saucisson. Que l'Europe décide ! Que les scientifiques tranchent !"

Quelles solutions alternatives ?

Sandrine Le Feur a des solutions pour remplacer le glyphosate, "comme les rotations, le sans labour, le couvert végétal".

Mais quid du rendement ? "Il est moindre mais le coût d'achat de pesticide est nul. Du coup, l'agriculteur s'y retrouve. Et cela produit moins de gazs à effet de serre."

La députée poursuit sur le glyphosate cancérigène. "Les gens, quand ils achètent du saucisson, savent qu'il est potentiellement cancérigène. Mais pas pour les autres produits. Il serait donc intéressant de proposer un étiquetage sur tous les produits."

Un nouveau débat sur la prolongation du glyphosate doit avoir lieu à la Commission européenne avant la fin de l'année.