Replay du vendredi 22 janvier 2021

"La fermeture des liens avec l'Allemagne est symboliquement catastrophique", estime Fabienne Keller

- Mis à jour le

En cette journée d'amitié franco-allemande, célébrée ce vendredi 22 janvier, l'eurodéputée alsacienne Fabienne Keller (Renew) s'inquiète des restrictions toujours plus importantes à la frontière, du fait du Covid-19.

Fabienne Keller, députée européenne (Renew) était l'invitée de France Bleu Alsace ce vendredi 22 janvier
Fabienne Keller, députée européenne (Renew) était l'invitée de France Bleu Alsace ce vendredi 22 janvier © Maxppp - Vincent Isore

"Pour nous en Alsace, la fermeture des liens, des cordons ombilicaux avec l'Allemagne est symboliquement catastrophique", estime Fabienne Keller. La députée européenne était l'invitée de France Bleu Alsace ce vendredi 22 janvier, en cette journée d'amitié franco-allemande, 58 ans après le traité de l'Elysée.

"On fête aujourd'hui cette amitié franco-allemande reconstruite avec beaucoup de volontarisme et d'engagement par les deux nations. Et la fermeture de la frontière comme au printemps fut une catastrophe", estime l'eurodéputée. Elle a lancé un appel "Non à une nouvelle fermeture de la frontière". "Pour des milliers de citoyens, _la frontière est d’abord un quotidien_. Pour de nombreux citoyens aussi, la frontière est, depuis 25 ans, un symbole. Celui d’une paix retrouvée, de coopération et d’amitié entre les peuples" écrit-elle.

Un test PCR obligatoire dès dimanche pour passer la frontière

"Depuis le printemps, on peut dire qu'il y a eu des progrès, des actions de coordination, comme hier entre les chefs d'Etat lors du Conseil européen", se félicite tout de même Fabienne Keller. Les chefs d'Etats ont décidé, lors d'un sommet du Conseil européen, de rendre obligatoire un test PCR, dès ce dimanche, pour tout voyageur qui arrive en France, y compris venant de l'Union européenne. Les travailleurs frontaliers et les transporteurs routiers seront exemptés.

"Je sais qu'il y a aussi des décisions prises plus localement : la préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, dialogue régulièrement avec ses homologues de l'autre côté du Rhin. Mais il faut que cela se traduise en actes et que la réalité des échanges soit mieux respectée, pour faire vivre cette amitié, notamment en situation de crise comme aujourd'hui", espère Fabienne Keller.