Replay du jeudi 24 juin 2021

Réchauffement climatique : "Nous devons changer, sinon demain nous serons face à un mur"

- Mis à jour le

Jean-Louis Imbs, naturaliste alsacien, réagit au rapport du GIEC sorti en juin, et qui fait des projections inquiétantes pour notre planète d'ici 2050. Récoutez son interview.

Les berges de l'Ill à Mulhouse, ici en juillet 2018
Les berges de l'Ill à Mulhouse, ici en juillet 2018 © Maxppp - Jean-François FREY

"Le pire est à venir." Les scientifiques, rattachés au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), dressent un rapport alarmant de l'état de notre planète en 2050 : canicules extrêmes, pénuries d'eau, exodes… "Ça fait froid dans le dos, c'est catastrophique, mais nous avons été alertés", commente le naturaliste alsacien Jean-Louis Imbs.

"On le voit en Alsace : tantôt la canicule, la sécheresse, les incendies, et ensuite les inondations, et demain les maladies tropicales", alerte Jean-Louis Imbs. Le naturaliste anticipe des conflits autour de l'eau.  Jean-Louis Imbs tacle Emmanuel Macron et les parlementaires et leur insuffisance d'action : "Nos politiques sont extrêmement frileux et dans le court-terme".

L'écologie n'est pas punitive, elle est salvatrice.

Mots clés: