Replay du mercredi 22 mai 2013

Cours "in english" à l'Université : "La vraie vie actuellement, c'est l'anglais"

Mis à jour le

You speak english ? Notre invitée ce mercredi, Isabelle Barth, directrice générale de l' Ecole de Management de Strasbourg. Elle répond à Anne-Laure Bousiges.

Genevieve Fioraso ministre de la recherche
Genevieve Fioraso ministre de la recherche © Maxppp

Pour la ministre de l'enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, la France a pris du retard dans la compétition pour former les élites mondiales. Les étudiants français ont des lacunes en anglais. A Strasbourg par exemple 8 à 10% des cours sont déjà dispensés dans une autre langue que le français.

Il faut protéger le français mais l'anglais est la langue véhiculaire.

L'ambition de ce projet de loi, c'est aussi d'attirer les étudiants étrangers en France. Avec 13% d'étudiants étrangers, la France est à la cinquième place, détrônée par l'Allemagne parmi les principaux pays d'accueil. Or les nations asiatiques : chine, inde, corée du sud ont décidé de miser sur la formation et vont envoyer plus de jeunes à l'étranger.

C'est un gros challenge d'attirer les étudiants étrangers.

Etes-vous opposés ou favorable à l'introduction voire la généralisation de cours en anglais à l'université ? Dans un contexte où les Français sont pointés du doigt et n'arrivent pas à s'intégrer dans un marché de l'emploi tourné vers l'international, pensez-vous qu'il s'agit d'une avancée ?Pensez vous qu'il faudrait déjà commencer par mieux maitriser notre propre langue ?

Une loi est-elle vraiment nécessaire ?

La Place Publique, la parole est libre au 03 88 25 15 15. Vous avez jusquà 8h30 pour vous exprimer.

Mots clés: