Replay du jeudi 24 octobre 2013

Nouveau contrat social chez PSA: "le maintien des sites, c'est un écran de fumée pour continuer à vider les usines"

Mis à jour le

Le comité central d'entreprise de PSA doit adopter un nouveau contrat social: d'un côté les salariés acceptent un gel des salaires pendant au moins une année, ou encore une baisse des primes, et de l'autre, la direction s'engage à maintenir la production en France jusqu'en 2016. Selon le porte-parole de la CGT chez PSA à Mulhouse, Julien Wostyn, "le maintien des sites, c'est une plaisanterie de mauvais goût."

Symbole de la fermeture de PSA Aulnay, la dernière C3 sortira le 25 octobre
Symbole de la fermeture de PSA Aulnay, la dernière C3 sortira le 25 octobre © Maxppp

La CGT ne signera pas le nouveau contrat social à PSA. Le syndicat refuse d'accepter le gel des salaires, la baisse des primes et de la majoration des heures sup', une mobilité obligatoire entre les usines ou encore une flexibilité accrue. Il s'agit de "sacrifices énormes demandés par la direction" martèle Julien Wostyn, le porte-parole de la CGT chez PSA à Mulhouse. Selon lui, le maintien des sites n'est pas synonyme de maintien de l'emploi. "Ca fait des années qu'on nous demande de travailler plus et de gagner moins, et le résultat, c'est que la direction continue à vider les usines."

Vers une mobilisation des salariés?

"La bagarre ne fait que commencer, les salariés n'ont rien signé" , explique le syndicaliste. Julien Wostyn prédit que les mesures seront difficiles à appliquer. "Au moment de les mettre en place, la direction trouvera en face d'elle des salariés qui ne sont pas prêts à se laisser faire."

Mots clés: