Malaise à la maison d'arrêt de Dijon

Émission 

Un détenu a mis le feu dans sa cellule dans la nuit de mardi à mercredi. Ce genre d'événement arrive environ 10 fois par an selon les syndicats, et démontre un malaise dans l'établissement, ressenti autant par les détenus que par les surveillants.

Malaise à la maison d'arrêt de Dijon

C'est parfois une tentative de suicide, parfois une rébellion. La source principale du malaise en prison, c'est bien sûr la surpopulation. A la maison d'arrêt de Dijon, les 250 détenus sont en moyenne 2 par cellule.Les surveillants estiment aussi que la sécurité diminue à cause de la suppression des fouilles à corps sans contrepartie technologique.Thomas JACQUOT, surveillant à la maison d'arrêt de Dijon et secrétaire général adjoint de l'UFAP en Bourgogne, le principal syndicat de la profession est notre invité.

Partager sur :