Toutes les émissions

L'invité du matin

Arnaud Bertrand
Arnaud Bertrand © Radio France - Martine Bréson

Grève à la SNCF - "Dans les endroits catastrophes, il faut absolument rembourser tout le monde" : Arnaud Bertrand

Diffusion du mercredi 9 mai 2018 Durée : 7min

Arnaud Bertrand, président de l'association "Plus de Trains" était l'invité de France Bleu Paris à 8h15. Regardez son interview à la fin de cet article.

Face à cette grève perlée qui a commencé le 3 avril 2018, Arnaud Bertrand assure que les usagers ne voient pas cette grève comme perlée mais comme "une grève dure depuis maintenant un mois et demi. Il y a des jours qui sont plus durs que d'autres. Sur le réseau de Saint-Lazare par exemple il n'y a jamais tous les trains depuis un mois et demi".  

Sur certaines lignes depuis le début du mouvement il y a un train sur trois et avec un train sur trois, tôt le matin, les gens n'arrivent pas à monter dans les trains, explique Arnaud Bertrand. "Il y a des bastions où certains syndicats sont plus forts que d'autres et où le mouvement est plus suivi".

Le président de l'association "Plus de trains" note en général une amélioration de l'information voyageur, "il y a un vrai progrès".

Les remboursements et indemnisations des usagers

"On attend le 17 mai, date à laquelle Valérie Pécresse réunit toutes les associations d'usagers franciliennes avec la SNCF pour avoir cet échange sur l'indemnisation... ce qui est essentiel pour notre association... c'est qu'il y ait une indemnisation qui soit forte. Il faut au moins, pour chaque mois de grève, la moitié du Passe Navigo de remboursé". 

"Il y a des lignes où c'est la catastrophe depuis le début. Sur ces lignes-là, il n'y a pas à tortiller, tous les usagers doivent être remboursés, le RERC, le RERD, la ligne J de Saint-Lazare".

Sur la réforme de la SNCF

"Nous, on ne rentre pas dans le débat syndicat/patron. En revanche, il y a une chose qui est sûre, la SNCF ne marche pas bien en Ile-de-France... Il y a des choses à améliorer et nous, on pense que ces réformes, elles ont trop tardé".

Regardez son interview