Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

10min

Brigitte Kuster : "Alain Juppé est peut-être plus rassurant car il n'est pas dans une alternance franche"

le vendredi 4 novembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Brigitte Kuster
Brigitte Kuster © Radio France - Martine Bréson

Brigitte Kuster, maire LR du 17e arrondissement et soutien de Nicolas Sarkozy, était l'invitée de France Bleu à 8h10. Elle a réagi au deuxième débat pour le primaire à Droite qui a eu lieu hier. Elle a parlé des migrants.

Brigitte Kuster, maire LR du 17e arrondissement et soutien de Nicolas Sarkozy pour la primaire, était l'invitée de France Bleu à 8h10.

A retenir

Les migrants de Paris évacués ce matin

"C'est une situation qui n'était plus acceptable... ce qui compte surtout maintenant, c'est ce que le gouvernement va faire et ce qui va être envoyé comme signaux d'une politique ferme en matière migratoire... La priorité doit être d'abord de négocier avec la Grande Bretagne... Il faut bien faire la différence entre les demandeurs d'asile et les migrants."

Pour Brigitte Kuster, le centre d'accueil qui va ouvrir à Paris pour accueillir les migrants "n'est pas la solution". Elle estime qu'il faut "d'avantage de reconduites à la frontière pour toutes les personnes qui n'ont plus rien à faire sur le territoire français".

Le débat pour la primaire à droite

Brigitte Kuster a trouvé que ce débat était "plus animé, plus vivant, avec plus d'échanges" que le premier.

Alain Juppé considéré comme le plus convaincant par les téléspectateurs

"Surement quelque part j'imagine qu'Alain Juppé est peut-être plus rassurant car il n'est pas dans une alternance franche. Je trouve que Nicolas Sarkozy c'est une alternance forte donc la question peut être qu'est-ce-que Nicolas Sarkozy apportera à notre famille politique".

Le bilan de Nicolas Sarkozy

"Vous ne pouvez pas résumer la politique migratoire et les difficultés que connait la France sur ce qui s'est passé sur le quinquennat précédent. Nous arrivons en fin de quinquennat... qu'a fait François Hollande et son gouvernement maintenant depuis 5 ans concernant le nombre de policiers... concernant la Libye..."

Pour Brigityte Kuster "c'est un petit peu facile de critiquer quand on a fait partie de ce gouvernement" Sarkozy. Elle se demande pourquoi ceux qui critiquent aujourd'hui ne sont pas partis de ce gouvernement s'ils n'étaient pas d'accord avec Nicolas Sarkozy.

Les sujets qu'elle aimerait voir aborder au cours du troisième débat qui aura lieu avant la primaire à droite

"Je pense qu'il faut revenir le plus possible sur l'économie, sur l'emploi, sur les problèmes du quotidien".