Toutes les émissions

L'invité du matin

Colombe Brossel
Colombe Brossel - Martine Bréson

"Ce n'est pas en changeant l'arsenal législatif qu'on arrivera à éradiquer le terrorisme islamiste" : Colombe Brossel

Diffusion du lundi 14 mai 2018 Durée : 8min

Colombe Brossel, adjointe PS à la mairie de Paris chargée de la sécurité était l'invitée de France Bleu Paris à 8h15. Elle a réagi à l'attaque au couteau de samedi à Paris et elle a évoqué le problème des migrants. Regardez son interview à la fin de cet article.

Pour Colombe Brossel, "cette attaque nous rappelle que le niveau de menace est toujours aussi important dans notre pays et dans notre ville ... Il y a un niveau de mobilisation qui reste toujours aussi élevé". 

"Il faut maintenir un niveau de vigilance et y compris de chacune et chacun et c'est peut-être ça le message qui doit aujourd'hui passer. Nous ne devons pas baisser la garde, être toujours aussi mobilisés les uns et les autres".

Elle indique aussi qu'il faut en parallèle "faire un travail d'éducation, de prévention, d'accompagnement parce qu'on doit aussi éradiquer tout ce qui fait le terreau de ce terrorisme".

Sur les critiques à propos de l'utilité des fiches "S", elle répond : 

"Ce n'est pas en changeant l'arsenal législatif qu'on arrive à éradiquer le terrorisme islamiste... il faut des services de renseignements encore plus nombreux, encore plus présents et qui coordonnent l'ensemble de leurs actions".  

La cellule psychologique a été réactivée

"Dans la nuit même (samedi) aux urgences de l'Hôtel Dieu, une cellule d'accompagnement psychologique a été ouverte. Il y a environ une vingtaine de personnes qui s'y sont rendues. Cette cellule est restée active dimanche; très peu de gens y sont allés. "Paris aide aux victimes" prend le relais avec un accompagnement qui peut être autant psy que juridique et les gens vont y venir au fur et à mesure". 

Les camps de migrants au nord de Paris 

"Nous réclamons à corps et à cris que le gouvernement mette en place une opération de mise à l'abri. On ne peut pas laisser depuis plusieurs mois des milliers de personnes dormir dans les rues de Paris. On a alerté en disant que le niveau de tension montait sur ces campements de rue, qu'on allait avoir un drame.... Aujourd'hui on est vraiment avec un sujet de trouble à l'ordre public. Quatre-vingt à cent réfugiés arrivent à Paris, il n'y pas plus de lieu pour les accueillir (depuis le démontage du centre d'accueil du 18e arrondissement), indique Colombe Brossel.

Regardez son interview : (dans un instant)