Toutes les émissions

L'invité du matin

Commissaire Dyèvre
Commissaire Dyèvre © Radio France - Martine Bréson

Chasse aux pédophiles sur internet : écoutez le commissaire Dyèvre, chef de la Brigade de Protection des Mineurs

Diffusion du lundi 10 septembre 2018 Durée : 7min

Commissaire Dyèvre, chef de la Brigade de Protection des Mineurs, était l'invité de France Bleu Paris à 8h15. Regardez son interview à la fin de cet article.

"Ce travail est un travail au service des autres... qui nous touche, nous, beaucoup dans ce service parce que les atteintes faites aux mineurs touchent à ce qu'il y a de plus sensible dans la société, à l'innocence, donc, en plus de la mission traditionnelle dévolue aux policiers, celle dévolue aux policiers de la protection des mineurs est particulièrement attachante, émouvante", explique le commissaire Dyèvre. 

La satisfaction de mettre hors d'état de nuire un prédateur sexuel  

"Il y a une satisfaction évidente dans ce poste, de savoir que, quand on interpelle un prédateur sexuel, une personne qui fait du mal aux enfants, d'une part, on sauve des enfants, d'autre part, il ne sera pas forcement et immédiatement remplacé par un autre". 

"Quand vous faites du banditisme, quand vous faites du stupéfiant, quand un dealer est arrêté, il y a une niche du marché qui s'ouvre et il est facilement remplacé. Le pédophile ou le maltraitant, qui est souvent un déviant, un malade plus qu'un voyou, quand il est mis hors d'état de nuire, n'est pas forcément remplacé et c'est une satisfaction intellectuelle très importante pour nous".

On en devient pas un pédophile parce qu'on est au contact d'enfant"

"... le pédophile va chercher des enfants, traîne dans les lieux où il peut trouver des enfants mais ce n'est pas l'inverse, ce n'est pas parce qu'on est en contact avec des enfants qu'on développe ces tendances".

"Il existe un fichier des auteurs d'infractions sexuelles qui est consultable par les policiers, qui est une ressource d'investigation pour les policiers. Pour tout ce qui est Education nationale, il y a des possibilités d'accès au moment de l'enquête de recrutement".

Près de 1600 affaires traitées par an

La brigade de protection des mineurs (80 policiers) traitent 1600 affaires par an (pour Paris et la petite couronne) dont la moitié dans la section intrafamiliale. Pour la traque sur internet, le service compte 7 policiers.

Des images qui viennent de l'étranger

Les images pédophiles sur internet sont un marché. "La grande majorité des images et des vidéos viennent des Pays de l'Est ou de l'Asie du Sud-Est, elles sont assez peu tournées en France et je m'en félicite. Il se trouve que ces fichiers, qui sont mis à disposition, doivent engendrer une économie que je ne peux pas vous chiffrer en termes monétaire".

Y-a-t-il des femmes pédophiles ? 

Une femme pédophile, c'est extrêmement rare, indique le commissaire Dyèvre. "Dans l'immense majorité, ce sont des hommes. Il peut y avoir des femmes au courant des agissements d'un compagnon, d'un mari, d'un père pédophile mais ce sont des délits commis, dans l'immense majorité, par des hommes". 

Regardez son interview à la fin de cet article :