Replay du mardi 1 octobre 2019

Octobre Rose - "Le cancer du sein reste un fléau" : docteur Nasrine Callet, gynécologue, oncologue

- Mis à jour le

Lancement ce mardi de la campagne 2019 d'Octobre Rose. Nasrine Callet, gynécologue, oncologue et médecin référent pour les femmes à risques génétiques de cancer du sein et des ovaires à l'Institut Curie, était l'invitée de France Bleu Paris à 8h15.

Docteur Nasrine Callet, gynécologue, oncologue, à l'Institut Curie à Paris
Docteur Nasrine Callet, gynécologue, oncologue, à l'Institut Curie à Paris © Radio France - Martine Bréson

Octobre Rose commence ce mardi. C'est la 25e édition. Tout au long du mois d'octobre de nombreuses manifestations sont organisées pour sensibiliser, en particulier les femmes, au dépistage du cancer du sein. Pour parler de cet événement, Nasrine Callet, gynécologue, oncologue, à l'Institut Curie était l'invitée de France Bleu Paris ce mardi matin.

Pour elle, cette campagne est importante parce que "malgré tout ce qu'on fait comme dépistage comme vulgarisation, le cancer du sein reste un fléau puisqu'il est responsable de 12.000 morts par an. Et il y a quand même plus de 57.000 nouveaux cas par an en France", dit-elle.

Ce cancer peut se guérir rappelle le médecin à condition qu'il soit détecté tôt d'où l'intérêt d'un dépistage précoce. Ce dépistage est totalement gratuit pour les femmes qui ont entre 50 et 75 ans, rappelle le médecin qui souligne que 63 ans est l'âge moyen pour un cancer du sein.

Mais attention, ce cancer peut aussi toucher des femmes jeunes. "Près de 5% de ces cancers surviennent avant 40 ans", indique Nasrine Callet qui affirme qu'il faut sensibiliser le public.

Pour les femmes de moins de 40 ans, le médecin indique qu'il faut penser à consulter quand on s'aperçoit d'une modification au niveau des seins, une boule, une modification de la peau, une rougeur ou un écoulement. Il faut aussi consulter quand on a un antécédent dans la famille de cancer du sein ou de l'ovaire. Il y a une consultation préconisée à l'âge de 25 ans pour sensibiliser  les jeunes femmes au dépistage et sortir du lot les femmes à risques qui ont intérêt à faire un dépistage plus précoce.    

Il y a une mobilisation pour l'ensemble des cancers de la femme notamment des ovaires qui peut rentrer dans le cadre des femmes à risques.

Le cancer du sein peut aussi toucher les hommes, c'est marginal, c'est 1% des cancers du sein. Il faut consulter car c'est souvent génétique.