Toutes les émissions

L'invité du matin

Dominique Restino
Dominique Restino © Radio France - Martine Bréson

Près de "500 commerces ont été impactés par les manifestations des Gilets jaunes" : Dominique Restino

Diffusion du jeudi 14 mars 2019 Durée : 5min

Dominique Restino, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, était l'invité de France Bleu Paris à 08h15. Il était venu parler de l'opération "J'aime mon commerce parisien" qui débute ce jeudi.

"J'aime mon commerce parisien" est à la fois une opération de com et une opération de survie, indique Dominique Restino. Il faut soutenir les commerces parce que c'est "difficile pour eux". "C'est une réaction aux manifestations et à la casse qu'il y a eu", indique le président de la CCI, qui ne veut pas pointer du doigt les manifestations des Gilets jaunes organisées le samedi depuis plusieurs mois dans la capitale. 

"Il y a des aides qui arrivent, il y a un soutien qui arrive de la mairies de Paris, de la région et de l'Etat qui met trois millions pour dynamiser tout ça... ". Depuis trois mois, il indique qu'il est sur le terrain pour informer les commerçants. Il précise que les soldes n'ont pas été très bons. Il assure que la situation est aujourd'hui critique "on a parlé de 30, 40 parfois 50% de baisse de leurs chiffres d'affaires...".

Dans Paris, il y a eu 500 commerces impactés par les manifestations des Gilets jaunes, indique le président de la CCI. Il explique que le problème aujourd'hui c'est que les clients ne se déplacent plus.

"Je considère qu'il faut que les Parisiens puissent circuler librement, le week-end y compris, parce que c'est du développement économique et le développement économique c'est également de l'emploi pour tout le monde".     

Les réponses aux questions des auditeurs

Les commerces sont un véritable lien social en particulier pour les personnes âgées qui ont du mal à se déplacer, réagit Dominique Restino après le témoignage de Bénédicte de Longjumeau.

Le président de la CCI Paris ne veut pas opposer petits commerces et grandes surfaces même s'il comprend les critiques de Carine de Montgeron qui préfère les commerces de proximité.

Xavier de Vitry va au marché de sa ville. Dominique Restino indique qu'il y a un renouveau de tout ce qui est épiceries fines mais aussi épiceries de fruits et légumes parfois de produits bio. "Le point important, c'est qu'on réinvente ces commerces et c'est pour ça qu'il faut les soutenir".

Regardez son interview :