Toutes les émissions

L'invité du matin

François Durovray
François Durovray © Radio France - Martine Bréson

"Les sept départements franciliens sont d'accord pour qu'il y ait plus de solidarité entre eux" : François Durovray

Diffusion du mercredi 11 avril 2018 Durée : 7min

François Durovray, président du conseil départemental de l'Essonne, a donné en avant-première les grandes lignes du pacte interdépartemental de solidarité. Ce pacte, inédit en France, doit renforcer la solidarité territoriale et soutenir les investissements pour améliorer le cadre de vie.

Regardez son interview à la fin de cet article.

François Durovray, président du conseil départemental de l'Essonne  profite du salon de l'association des maires d'Ile-de-France (AMIF), qui se termine jeudi à Paris, pour rassembler les présidents de départements et les maires. C'est là qu'il va dévoiler un pacte de solidarité interdépartementale dont il a donné les grandes lignes ce mercredi matin à 8h sur France Bleu Paris. Ce pacte est inédit en France.

Un fond de solidarité et un fond d'investissements

"Ce pacte va lier les départements pour assurer la cohésion entre les territoires... En Ile-de-France, il y a aujourd'hui des inégalités territoriales et l'idée de ce pacte c'est de dire tout simplement que les sept départements sont d'accord pour qu'il y ait d'avantage de solidarité au sein de la région", dit-il.

"Nous proposons de doubler le fond de solidarité qui existe déjà, voire de le tripler c'est-à-dire de le passer de 60 à 120 ou 180 millions d'euros par an".

"Un fond d'investissements de 150 à 200 millions d'euros par an, à la fois pour intervenir sur des dossiers qui sont extrêmement importants mais qui ont une dimension supra-départementale comme celui de la privatisation des aéroports" est aussi proposé.

Le projet de suppression des départements

Le président du conseil départemental de l'Essonne a donné son avis sur le projet de suppression des départements. 

"Je crois que tout le monde a compris que les départements étaient nécessaires. Qui pourrait remplacer aujourd'hui les départements dans les compétences qu'ils exercent". 

"Les dossiers de la vie quotidienne, les dossiers sociaux, les départements ont la bonne taille pour les traiter et concrètement aujourd'hui personne ne peut imaginer supprimer les départements"

Un audit indépendant pour le Grand Paris Express est demandé par les départements

"Franchement, c'est un projet qui est porté depuis dix ans par l'Etat et les collectivités. Sans concertations, sans transparence, l'Etat a décidé sur des motifs fallacieux de retarder l'arrivée de certaines lignes qui sont indispensables..." assure l'élu. "Nous (le conseil de surveillance) demandons un audit, c'est la loi qui le permet. Nous exerçons notre devoir de contrôle".

Regardez l'intégralité de son interview :