Toutes les émissions

L'invité du matin

Frédéric Sicard, bâtonnier de Paris.
Frédéric Sicard, bâtonnier de Paris. © Radio France - Martine Bréson

Frédéric Sicard, Bâtonnier de Paris : "Les juges français ne sont pas des mous"

Diffusion du vendredi 25 novembre 2016 Durée : 7min

Frédéric Sicard, bâtonnier de Paris, était l'invité de France Bleu à 8h10. Il a réagi au débat Juppé - Fillon à la télévision. Il a rappelé les problèmes de la justice. Le manque de juges est criant et ralentit la machine judiciaire. Le déménagement du Palais de justice commencera en 2017.

Le bâtonnier de Paris, Frédéric Sicard, était l'invité de France Bleu à 8h10. Il a trouvé le débat Juppé - Fillon n'était pas passionnant et il a regretté qu'aucun des deux candidats n'ait vraiment abordé les problèmes de la justice. Il a évoqué la pénurie de juges qui ralentit la machine judiciaire surtout pour le civil. Il a parlé du déménagement d'une partie du Palais de justice qui doit s'installer porte de Clichy. Les premiers arriveront en mars/avril 2017. Les derniers à bouger seront les avocats prévus en 2019 quand la ligne de métro 14, qui doit être prolongée, sera terminée.

Regardez l'interview du bâtonnier de Paris Frédéric Sicard à la fin de cet article.

A retenir

Le débat Alain Juppé - François Fillon

"J'ai un peu somnolé..." Les deux candidats ont très peu parlé de justice, estime Frédéric Sicard. On voyait un moment où Alain Juppé a eu envie d'en parler puisqu'il a dit la vérité (il manque des juges et des procureurs)... et puis là, hop, on n'a pas réussi à savoir comment ils allaient régler le problème".

Pas de coupes dans la justice et 300 postes de magistrats en plus, promet François Fillon

Cela ne suffit pas explique le bâtonnier. "On a besoin de recruter 200 plus 100 pour arriver à remplir le manque... ce qu'il faut, c'est qu'on double le nombre des juges, alors comment va-t-on faire? Il y a deux méthodes. Il y en a un qui veut supprimer l'école nationale de la magistrature, l'autre qui veut procéder par une vague de recrutements. La vraie difficulté qu'on va avoir c'est que si vous mettez 300 de la même promotion, qu'est-ce-qu'on va faire quand ils vont atteindre la retraite... donc il y a un moment il va falloir alimenter le manque de juge par du recrutement extérieur. Alors bien sûr je pense aux avocats, à d'autres personnalités qui peuvent être du monde économique et social, à des gens qui ont envie mais il faut comprendre que la situation est dramatique".

"Vous n'aurez pas de sécurité, vous n'aurez pas de justice sans juges et c'est la situation française".

Les délais sont très longs ?

Pour les terroristes il y a une juridiction antiterroriste à Paris.. on a pris des juges qui étaient au pénal pour les mettre à l'antiterrorisme. On a pris des juges qui étaient au civil pour les mettre au pénal et globalement la machine tourne. Mais alors, le civil ! C'est devenu extrêmement long, nous avons doublé les délais par rapport à ce qui se fait ailleurs en Europe et c'est là où est le problème, le civil et le commercial.

Les prisons manquent de place

"On est dans un déficit absolu... vous avez 4 personnes sur 9 mètres carrés la nuit. C'est ça la situation actuelle des prisons en France... Il faut faire quelque chose.

La comparution immédiate pour les affaires simples de terrorisme ?

Le projet, c'est le circuit court. Le projet du tribunal, c'est de dire qu'il vaut mieux que les terroristes soient jugés par des spécialistes du terrorisme.

Des dates pour le déménagement du Palais de justice de Paris à la porte de Clichy?

  • 2017 pour les premières gardes à vue qui se tiendront à la PJ
  • mars ou avril 2018 pour les premiers juges
  • 2019 pour les avocats quand le métro fonctionnera enfin ligne 14

Regardez l'interview de Frédéric Sicard.