L'invité du matin

Du lundi au vendredi à 08h15

Gilles Pécout, recteur de la région académique Ile-de-France
Gilles Pécout, recteur de la région académique Ile-de-France © Radio France - Martine Bréson

"La mise en place de la réforme des lycées est pour l'instant une réussite" : Gilles Pécout, recteur de l'Ile-de-France

Diffusion du lundi 2 septembre 2019 Durée : 10min

Gilles Pécout, recteur de la région académique Ile-de-France était l'invité de France Bleu Paris à 08h15. Il a évoqué la situation des cinq écoles du privé situées près de Notre-Dame. Il a parlé du dédoublement des classes, de la réforme du lycée et de la rentrée des enfants handicapés.

Près de 2,5 millions d'enfants et 159.000 enseignants font leur rentrée ce lundi en Ile-de-France. 

Mais pas de rentrée pour un millier d'enfants qui habitent près de Notre-Dame. Le Rectorat a décidé de ne pas ouvrir cinq écoles privées autour de la cathédrale à cause du plomb. 

Une ouverture prévue d'ici la fin de la semaine

Ces écoles "rouvriront le plus vite possible, indique le recteur, cela veut dire d'ici la fin de la semaine". Gilles Pécout, recteur de la région académique Ile-de-France, explique qu'il se conforme "aux avis sanitaires. Nous nous sommes aperçu depuis le mois de juillet, depuis le mois d'août, qu'il convenait de faire un certain nombre de tests, de prélèvements sur la présence ou pas de poussière de plomb dans les écoles dans une zone qui était délimitée par l'Agence régionale de santé... Les autorités sanitaires nous ont rappelé que l'ingestion de plomb était dangereuse pour les enfants de moins de 7 ans".

Nouveaux prélèvements et tests pour ces cinq écoles du privé

Durant cette semaine, le diocèse s'assure que ces écoles sont nettoyées, "elles l'avaient déjà été, mais le diocèse s'assure surtout que des prélèvements systématiques sont effectués par des laboratoires qui sont agréés par les autorités sanitaires".

Gilles Pécout assure que toutes les écoles ont été traitées de la même façon, les publiques comme les privées, mais "nous nous sommes aperçu (pour des raisons que le recteur ne veut pas donner, dit-il) que pour cinq de ces écoles privées, les tests ne sont pas convaincants donc il y a un danger, une menace pour des enfants de moins de sept ans, ces dangers, cette menace seront très vite levés".

Le recteur indique qu'en ce moment même des nettoyages ont eu lieu ainsi que des prélèvements grâce au laboratoire de la préfecture de police.

Le recteur précise que les enfants concernés sont accueillis dans d'autres établissements et que la durée de fermeture ne sera pas très longue "d'ici la fin de la semaine normalement, 48 heures après les prélèvements qui auront été effectués nous serons en mesure de rouvrir après nettoyage de ces établissements".

"Le danger aurait été de faire rentrer ce millier d'élèves dans des établissements sans l'assurance que c'était pleinement nettoyé", dit-il.

La réforme du lycée 

Sur la réforme du lycée et du bac, pour le recteur "c'est normal qu'une réforme, qu'une vraie révolution dans la pédagogie... c'est normal qu'une réforme de cette ampleur suscite de questionnements qui peuvent parfois être des inquiétudes".

Le recteur assure que "tous les emplois du temps ont été formalisés et sont en fonction". La variété des combinaisons, la variété des spécialités, les nouvelles disciplines demandent "des efforts nouveaux", indique le recteur. Il précise que 72% des lycées de l'académie de Paris ont eu moins 7 spécialités et 22% de l'académie de Paris ont plus de 7 spécialités.

Le dédoublement des classes

A Paris, nous avons 730 dédoublements et nous en auront 100 de plus cette année 2019 et je veux insister sur le fait que nous avons 30 dédoublements pionniers en grande section de maternelle, dit le recteur. 

La rentrée des enfants en situation de handicap

A propos de la rentrée des enfants handicapés, Gilles Pécout explique que cette rentrée 2019 "est une rentrée inclusive donc sont développés des pôles locaux d'accompagnement des enfants en situation de handicap avec des moyens nouveaux avec une meilleure insertion professionnelle des accompagnants de ces élèves... ce qui nous manque en revanche c'est de pouvoir assurer un recrutement plus grand de ces accompagnants", et le recteur lance un appel à candidature pour un recrutement d'accompagnants d'enfants en situation de handicap.