L'invité du matin

Du lundi au vendredi à 08h15

Joost Fernandez
Joost Fernandez © Radio France - Martine Bréson

"Il y a une vraie déconsidération des directeurs " : Joost Fernandez, du Syndicat National des écoles

Diffusion du jeudi 3 octobre 2019 Durée : 7min

Joost Fernandez, du Syndicat National des écoles, était l'invité de France Bleu Paris. Il est revenu sur le drame de Pantin où une directrice d'école s'est donnée la mort.

Ce n'est pas simple d'être directeur d'école aujourd'hui. Le suicide d'une directrice à Pantin le 21 septembre 2019 a mis en avant les difficultés de la profession. Les enseignants font grève ce mercredi pour soutenir la famille mais aussi pour faire connaitre leur quotidien. Le mouvement devrait être très suivi en Seine-Saint-Denis.

Joost Fernandez, du Syndicat National des écoles, est référent Ile-de-France. Il était l'invité de France Bleu paris à 8h15. Il assure qu'il s'est reconnu dans le message laissé par la directrice qui s 'est donnée la mort en Seine-Saint-Denis. La lettre décrit les tâches chronophages, le manque de reconnaissance, on y voit le côté ingrat de ce métier. 

"Cette lettre, quand on la lit, elle est pleine d'émotion. On sent bien la détresse qu'aujourd'hui il y a pour les enseignants et spécifiquement pour les directeurs", indique Joost Fernandez. Il rappelle que contrairement à ce que l'on peut penser, un directeur d'école c'est juste un enseignant qui a "un travail de secrétaire en plus, qui est rémunéré, je crois, 7% en plus qu'un adjoint et il y a une vraie déconsidération pour ces directeurs". Les directeurs ne voient pas l'utilité de beaucoup de tâches qui sont chronophages.

Le syndicaliste rappelle que Paris a un "statut" particulier. A partir de cinq classes, le directeur est totalement déchargé de tout et il est dédié à son métier de directeur. Ailleurs ce n'est pas le cas, il faut parfois 13 classes pour pouvoir être uniquement directeur.

Avant le drame de Pantin, une rencontre a eu lieu avec le ministre de l'Education nationale. "Il était très à l'écoute, indique Joost Fernandez ... on attend des actes maintenant".