Toutes les émissions

L'invité du matin

Jean-Philippe Dugoin-Clément
Jean-Philippe Dugoin-Clément - Martine Bréson

Fermeture des voies sur berges - "Nous demandons à Anne Hidalgo de revoir sa position" : Jean-Philippe Dugoin-Clément

Diffusion du mercredi 22 novembre 2017 Durée : 8min

Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président en charge de l'environnement et du développement durable au Conseil régional d'Ile-de-France, était l'invité de France Bleu Paris. Regardez son interview à la fin de cet article.

Jean-Philippe Dugoin-Clément a parlé du rapport publié mercredi par la Région sur les conséquences, un an après, de la fermeture des voies sur berges à Paris. Il a rappelé le sérieux de cette étude qui montre que les bouchons ont empiré et que le bruit est en forte hausse. "Sur la question de la qualité de l'air, qui était un objectif recherché, cela n'a pas abouti puisqu'on a un effet positif immédiat sur le secteur des quais mais on a des montées très fortes de dioxyde d'azote, la pollution se reportant, sur l'Est de Paris."

Jean-Philippe Dugoin-Clément estime qu'il faut "remettre tout le monde autour de la table... la ville de Paris ne peut pas décider seule de manière assez autocratique et un peu égoïste de ce qui est globalement une décision qui concerne tous les Franciliens".

"Il y a des conséquences qui sont lourdes", dit-il. La fédération du bâtiment tire la sonnette d'alarme, les associations de commerçants n'en peuvent plus car il n'y a pas eu de concertations préalables, indique l'élu.

Il ajoute que la décision de fermer les voies sur berges n'a pas fait diminuer le nombre de voitures dans Paris. "Depuis 20 ans, on a une diminution globale de -2% par an du trafic routier à Paris. En un an, il n'y a pas eu de diminution plus forte que depuis 20 ans".

Il indique que l'IAU (Institut Aménagement et Urbanisme) préconise de rouvrir les voies sur berges basses sur au moins un kilomètre avec une limitation à 30 kilomètres heure, le temps de mettre en place les mesures d'accompagnement permettant de rendre viable ces piétonisations.

Regardez son interview