Toutes les émissions

L'invité du matin

Sébastien Aguilar
Sébastien Aguilar © Radio France - Martine Bréson

L'analyse des traces d'oreille : une nouvelle technique de la police scientifique expliquée par Sébastien Aguilar

Diffusion du vendredi 1 décembre 2017 Durée : 6min

Sébastien Aguilar, auteur du livre "Police scientifique, au cœur de la scène de crime" (éditions Hachette) était l'invité de France Bleu Paris à 8h15. Il fait partie de la police technique et scientifique. Il est le premier en France à maîtriser la technique des empreintes d'oreilles.

Regardez son interview à la fin de cet article.

Grâce à sa technique, Sébastien Aguilar a pu résoudre, à lui tout seul, 250 cambriolages. Il a écrit son livre avec Benoit de Maillard.

Il explique qu'avant d'entrer, les cambrioleurs vont écouter à travers la porte et ils vont laisser une trace d'oreille. La police va analyser cette trace. On va comparer les traces pour rapprocher des affaires entre elles, où on relève l'empreinte d'oreille d'un suspect pour comparer son oreille avec la trace découverte sur le lieu des cambriolages.

Petit à petit les policiers se forment à cette discipline. Dans le Val-de-Marne, à Lyon, des policiers travaillent dans ce domaine.

Sébastien Aguilar a parlé du travail de la police scientifique pour les attentats mais aussi pour les cambriolages, les vols de voiture, les dégradations..."Sur certains aspects on est très très proche des séries télévisées comme Les Experts, dit-il mais dans la réalité les analyses vont beaucoup moins vite."

Le livre présenté par Sébastien Aguilar à France Bleu Paris - Radio France
Le livre présenté par Sébastien Aguilar à France Bleu Paris © Radio France - Martine Bréson

Sébastien Aguilar précise que la police scientifique est équipée depuis peu de tablettes numériques qu'ils amènent sur les scènes de crime, "on utilise aussi des lasers scanners 3D pour numériser la scène en trois dimensions et petit à petit on utilise des drones et d'autres systèmes ..."

Dans le livre "Police scientifique, au cœur de la scène de crime", il n'y a pas plus d'éléments que dans les séries télévisées, n'a pas donné tous les détails sur certains points pour pouvoir garder notre indépendance.

Regardez son interview :