Toutes les émissions

L'invité du matin

Il n'y a pas de petite fessée ni de petite claque contre un enfant
Il n'y a pas de petite fessée ni de petite claque contre un enfant © Maxppp - Sebastien JARRY

Violences éducatives contre les enfants : "Il n'y a pas de petite claque " affirme le docteur Lazimi

Diffusion du jeudi 29 novembre 2018 Durée : 6min

Les députés doivent se prononcer sur un texte qui met fin aux violences éducatives contre les enfants. Pour en parler, Gilles Lazimi, pédiatre, coordinateur des campagnes contre les violences éducatives, était l'invité de France Bleu Paris à 08h15.

Les députés examinent ce jeudi une proposition de loi contre les violences éducatives ordinaires. A l'initiative de ce texte, il y a Maud Petit, une élue du Val-de-Marne. Elle veut qu'on en finisse avec les fessées, les gifles et autres brimades physiques contre les enfants. 

Pour le docteur Gilles Lazimi, médecin à Romainville en Seine-Saint-Denis, très engagé contre les violences éducative, il était temps "Cela fait 10 ans qu'on attend un texte en France". dit-il. 

"En gros, on fait mal à un enfant pour le faire obéir... sur un certain nombre, ça peut laisser des dommages en matière d'anxiété, de dépression".

Pour le docteur Lazimi, il faut un interdit : "On ne touche pas à un enfant et ça ça permettra aux parents de ne pas basculer dans la maltraitance car 75% des maltraitance commencent par des punitions corporelles."

Ce texte ne prévoit pas de sanctions pénales mais selon le docteur Lazimi, il peut quand même être efficace. Il rappelle que 90% des parents sont bienveillants et qu'il faut accompagner certains parents vers le changement avec des campagnes d'information. 

"Il n'y a pas de petite claque, il n'y a pas de fessée, ce sont des violences...On trouvera avec les parents d'autres moyens éducatifs avec les maisons des parents, les cafés des parents, les centres de protection maternelle infantile, les crèche ... parce que c'est dur d'être parent", explique le médecin.

Le médecin conseille aux parents qui sentent qu'ils vont craquer de prendre du recul, de réfléchir à ce qui les énerve et de dialoguer ou de jouer avec l'enfant pour le détourner du problème.