Toutes les émissions

L'invité du matin

Jean-François Martins
Jean-François Martins © Maxppp - Vincent Isore

"La France a besoin d'apaisement et d'unité" : Jean-François Martins, adjoint chargé du tourisme et du sport

Diffusion du lundi 14 janvier 2019 Durée : 6min

Jean-François Martins, adjoint chargé du tourisme et du sport à la Ville de Paris, était l'invité de France Bleu paris à 08h15. Regardez son interview à la fin de cet article.

Jean François Martins a d'abord réagi sur les critiques d'Alexandre Vespérini, conseiller d'opposition de Paris et membre de la commission supérieure du contrôle du gaz, qui affirme que le réseau de gaz à Paris est vétuste. Ces critiques d'Alexandre Vespérini ont été faites après l'explosion d'une boulangerie samedi à Paris certainement dûe au gaz. 

Jean François Martins estime que l'attitude de cet élu, qui polémique, est indigne. Il pense qu'il faut attendre les conclusions de l'enquête avant de polémiquer. Il rappelle que le réseau est entretenu. "On met 50 millions d'euros tous les ans, GRDF l'entretient".  

Quel impact des Gilets jaunes sur le tourisme 

Jean-François Martins rappelle que 2017 était une année record, la meilleure depuis 10 ans, et 2018 était encore au-dessus. On partait sur un niveau très important et elle restera une année exceptionnelle avec +4% de visiteurs malgré un mois de décembre qui a fait infléchir la tendance.

En décembre 2018, indique Jean François Martins, "le taux d'occupation des hôtels a baissé de 3 points et la prévision pour les trois premiers mois de l'année 2019 est en décroissance de -1% à -2%".

Le secteur du commerce a énormément payé ces week-end de manifestations de Gilets Jaunes, affirme l'élu qui précise que les retours à la normale sont plutôt prévus pour le mois de mars 2019 pour les réservations "à condition que ne se déroulent pas chaque samedi les mêmes images que celles qu'on a connues". 

Le Grand Débat

Jean-François Martins estime que le pays a un besoin d'apaisement, un besoin d'unité et au-delà des mesures, il estime que le "gouvernement va devoir trouver une manière de parler, de s'exprimer empathique, respectueuse... il y a des besoins de mesures politiques mais il y a aussi besoin de considérations et ça ça passe par les mots du politique et aujourd'hui les mots du politique, ils ont été absents pour considérer, respecter et donner un peu d'empathie..."      

La Lettre d'Emmanuel Macron 

"J'ai un grand regret, dit Jean-François Martins... je ne vois pas pourquoi il fallait souffler sur les braises du sujet de l'identité nationale, de l'immigration, alors que ce qui s'est exprimé c'était plutôt des questions de justice sociale, de considération, de pouvoir décemment vivre de son travail..."  

Regardez son interview :