Toutes les émissions

L'invité du matin

Stéphane Troussel
Stéphane Troussel © Radio France - Martine Bréson

VIDEO - Il faut vérifier ses sources pour ne pas relayer des rumeurs rappelle Stéphane Troussel

Diffusion du mercredi 27 mars 2019 Durée : 7min

Stéphane Troussel, président du département de Seine-Saint-Denis, était l'invité de France Bleu Paris à 08h15. Il a parlé des rumeurs mais aussi de l'école. Regardez son interview à la fin de cet article.

Il se dit particulièrement choqué par ces expéditions punitives menées contre le Roms victimes d'une rumeur qui parlait d'enlèvements d'enfants, rumeur totalement infondée, rappelle-t-il. "C'est effrayant que cette haine ancestrale, dont sont victimes les populations Roms, faite de pré-supposés racistes et discriminants à cause d'une rumeur relayée par les réseaux sociaux, aient entraîné ces actes", dit-il.

Il explique que trop de monde a relayé cette rumeur et que cela a entraîné via les réseaux sociaux des "actes totalement condamnables de racisme et de violence". 

Il affirme qu'aucune plainte n'a été déposée pour enlèvements d'enfants et que, malgré tous les démentis, "des gens continuent de relayer cette rumeur".

"Tout le monde doit être mobilisé sur cette question, à la fois chaque citoyen parce qu'il faut vérifier les informations, croiser ses sources, ne jamais prendre pour argent comptant une information, et cela impose un travail des Pouvoirs publics, je pense à l'Education nationale pour former dès le plus jeune âge à l'esprit critique, à mettre en doute chacune des informations si elle n'est pas vérifiée".

A cette heure, 19 personnes sont en garde à vue et le président du département souhaite que "la condamnation la plus ferme soit prononcée contre ces individus qui ont commis ces actes totalement répréhensibles".

L'école et les manques de postes

Une journée de mobilisation est prévue jeudi en Seine-Saint-Denis pour défendre l'école. 

Stéphane Troussel explique que 130 créations de postes dans le second degré (collèges et lycées) sont annoncées pour l'académie de Créteil soit trois départements dont la Seine-Saint-Denis. Le président du 93 indique qu'il ouvre pour la rentrée prochaine trois nouveaux collèges dans son département soit 150 postes à pourvoir donc voilà la situation dit-il. "Le ministre a payé ses mesures dans le premier degré avec des restrictions dans le second degré". Il estime que les mesures de dédoublement de classes, qu'il qualifie de bonne mesure , "eh bien ça été payé grâce aux économies sur les collèges et les lycées sauf que "dans un département comme le miens où la démographie est forte, ça coince".

Il y a aussi un problème pour remplacer les enseignants, dit il 

Regardez son interview :