Replay du mercredi 31 mars 2021

"Nous soignerons tout le monde", réagit Serge Blisko à l'évocation d'un possible tri des patients

- Mis à jour le

Le docteur Serge Blisko, président régional de la fédération hospitalière de France était l'invité de France Bleu Paris ce mercredi à 8h15. Il a parlé du manque de personnels spécialisés dans les hôpitaux. Il a réagi à la tribune de médecins de l'APHP qui évoquent un possible tri des patients.

Serge Blisko
Serge Blisko © Maxppp - Christophe Morin

Le docteur Serge Blisko, président régional de la fédération hospitalière de France était en direct sur France Bleu Paris pour parler de la situation dans les hôpitaux qui doivent faire face à des arrivées massives de malades du Covid.

Pour lui il faut prendre des mesures supplémentaires car la situation est inquiétante.

Faut-il fermer les écoles ?

Serge Blisko pense qu'on "va arriver assez rapidement" à la fermeture des écoles tout en rappelant que ce ne sont pas les enfants qui sont les plus transmetteurs. "C'est dans les réunions familiales qu'on se contamine le plus", rappelle le médecin.

Il ajoute qu'en "fermant les écoles on ajoute des difficultés aux familles" surtout aux familles monoparentales. 

L'absence de renforts pour les hôpitaux franciliens

Face aux renforts qui ne viendront pas en Ile-de-France pour cette troisième vague, Serge Blisko rappelle que les soignants sont épuisés et que ceux qui travaillent en région restent dans leurs hôpitaux où les malades sont aussi très nombreux.

Le médecin pointe du doigt le manque de personnel spécialisé en réanimation. "On ne forme pas une infirmière spécialisée en quelques semaines, dit-il, on ne manque pas de matériel, on manque de bras, de personnel formé". 

Le tri des malades

Serge Blisko réagit à la tribune des 41 médecins de l'APHP qui évoque le tri des patients et qu'il n'a pas signée. "C'est contraire à l'éthique d'affirmer qu'on pourrait trier les patients", dit-il. 

Pour lui, ce texte risque de pousser les gens malades qui n'ont pas le covid, à ne pas venir à l'hôpital. Cela a " affolé les familles et choqué les médecins". 

Il indique que les médecins ont été unanimes dans son association, qui rassemble 120 hôpitaux en Ile-de-France à part l'APHP, à condamner ces notions de tri

"C'est dommageable pour l'image des médecins et des hôpitaux. Nous soignerons tout le monde quelle que soit la maladie", affirme le président de l'antenne Ile-de-France de la fédération hospitalière de France.