Replay du vendredi 23 avril 2021

Métiers de l'hôtellerie : "On aimerait ouvrir le 17 mai" affirme Frank Delvau, président de l'UMIH Paris IDF

- Mis à jour le

Frank Delvau président de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (UMIH) Paris - Ile-de-France était l'invité de France Bleu Paris. Il est déçu après l'intervention de Jean Castex. Il souhaiterait une date claire de réouverture pour que les professionnels puissent se préparer.

Pas de date précise pour la réouverture des établissements des métiers de l'hôtellerie
Pas de date précise pour la réouverture des établissements des métiers de l'hôtellerie © Maxppp - Michael Bunel

Frank Delvau président de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie Paris- Ile-de-France (UMIH), invité de France Bleu Paris, réagit aux annonces du Premier ministre.

Jean Castex a indiqué qu'il y aura une réouverture à la mi-mai si la situation sanitaire le permet. Frank Delvau est "déçu". Il aurait souhaité une date claire car, pour rouvrir un établissement, il faut être prévenu au moins deux à trois semaines à l'avance. 

L'UMIH souhaite une ouverture au plus tard en juin

"Nous, on aimerait rouvrir le 17 mai" ou au plus tard en juin, dit-il, à condition d'être prévenu à l'avance. Pour l'instant, il estime qu'il n'y a rien de concret et qu'il est impossible d'aller voir des fournisseurs ou des employés sans avoir une date claire. 

Il pense que dans un premier temps "il est clair que seules les terrasses vont rouvrir". Il souhaite garder le même protocole qu'auparavant, "on ne peut pas aller au-delà", et il se dit favorable au QR code qui permet d'avertir les clients en cas de contamination.

Si les réouvertures sont territorialisées, Frank Delvau est certain que l'Ile-de-France ne sera pas dans le groupe de tête car, dans notre région, les chiffres ne sont pas bons. 

Les aides de l'Etat ne doivent pas s'arrêter brutalement, estime l'UMIH

Le fond de solidarité, le chômage partiel, les exonérations de charges, tout ça doit continuer, dit le président de l'UMIH Paris-IDF. Il demande que les remboursements des prêts garantis par l'Etat soient étalés sur sept ou huit ans.

Pour l'instant, nous avons eu beaucoup d'aides, la profession résiste mais "le danger c'est en septembre 2021, si les aides s'arrêtent du jour au lendemain ou si le remboursement doit se faire en 2022", c'est là qu'il y aura des dépôts de bilan.