Replay du mardi 25 mai 2021

"Des milliers d'intermittents et de précaires vont rester au bord du chemin" : Denis Gravouil, CGT spectacles

- Mis à jour le

Le secrétaire général de la CGT Spectacles Denis Gravouil était en direct à 8h15 sur France Bleu Paris pour parler de l'action des intermittents du spectacle qui ont investi une partie du 104 à Paris après avoir quitté le théâtre de l'Odéon qu'ils occupaient depuis plusieurs mois.

Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacles
Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacles © Radio France - Soizic Bour

La crise du Covid a complètement désorganisé le secteur du spectacle. Les intermittents du spectacle n'ont plus de travail depuis presque un an. Pour attirer l'attention sur leur situation certains d'entre eux ont décidé d'abord d'occuper le théâtre de l'Odéon qu'ils ont quitté pour s'installer dans les locaux du 104. 

Le secrétaire général de la CGT spectacles, Denis Gravouil, rappelle qu'ils sont restés 80 jours à l'Odéon. Au 104, lieu culturel situé dans le 19e arrondissement de Paris, les occupants sont 130, indique le syndicaliste. Les revendications portent, dit-il, sur un vrai plan de reprise et les droits sociaux.

Les théâtres ont rouvert mais cela ne permet pas à tout le monde de travailler. Beaucoup de théâtres ne rouvrent pas et il y a peu d'emplois, explique le secrétaire général de la CGT spectacles.

"Il faut proposer un vrai plan pour permettre à tout le monde de travailler avec des spectacles en plein air, des festivals" par exemple. 

Les aides gouvernementales ont été nombreuses mais, pour Denis Gravouil, le compte n'y est pas car pour beaucoup "c'est du pipo, de la com". Les règles pour ces aides excluent beaucoup d'intermittents . Les prolongations de droits sont insuffisantes, il faut aller plus loin, demande le secrétaire général de la CGT spectacles.

Selon lui, il y a des "milliers de gens dans le spectacle et parmi les précaires qui vont rester au bord du chemin". 

Il précise que de nouvelles actions sont en préparation et que le 104 est une base, un lieu de discussion.