Replay du mercredi 26 mai 2021

La victoire des femmes de chambre d'un hôtel Accor est historique" : Claude Levy, CGT

- Mis à jour le

Claude Lévy, animateur de la CGT hôtels de prestige, était l'invité de France Bleu Paris ce mercredi. Il revient sur la victoire des femmes de chambre des Batignolles.

Claude Levy, syndicaliste CGT
Claude Levy, syndicaliste CGT © Radio France - Soizic Bour

Claude Lévy, animateur de la CGT hôtels de prestige, se félicite de la victoire des femmes de chambre des Batignoles. Après 22 mois de lutte, elles obtiennent de meilleures conditions de travail et des augmentations de salaire.

Une victoire historique

"C'est une immense fierté, une victoire extraordinaire", indique le syndicaliste qui salue le courage et la détermination de ces femmes de chambre qui ont tenu bon et qui sont allées jusqu'au bout

Pour lui c'est historique, en 35 ans de "carrière syndicale" il n'avait jamais connu ça. Il salue ces femmes subsahariennes qui ont tenu tête au groupe Accor.

Selon lui, si le groupe a fini par céder c'est parce qu'avec la levée progressive du confinement il ne pouvait pas se permettre d'ouvrir ses établissements avec ce conflit. 

Un problème économique

Il note qu'il y a eu un changement de ton avec le PDG d'Accor, Stéphane Bazin qui a déclaré qu'il fallait revaloriser les métiers pénibles, arrêter les dégâts dans la sous-traitance hôtelière. Le problème est économique, explique Claude Levy : "l'hôtelier sous-traite pour faire des économies d'abord, cela lui permet d'externaliser le travail pénible des femmes de chambre et en sous-traitant il n'a pas à se charger de tous les problèmes d'inaptitude... C'est aussi un formidable outil du contournement du droit de grève".  

Pas d'intégration dans le groupe Accor pour l'instant

Malgré cette victoire, les femmes de chambre n'ont pas obtenu l'intégration au sein du groupe Accor. Le combat n'est pas terminé, assure Claude Lévy qui met en avant un autre grand groupe hôtelier qui, lui, a mis fin à la sous-traitance dans 14 hôtels. 

Le syndicaliste estime que cela va faire réfléchir Accor qui va se rendre compte qu'avec les augmentations de salaire accordées aux femmes de chambre ce n'est peut être plus aussi intéressant économiquement de sous-traiter. 

Cette victoire pourrait faire évoluer les choses dans le secteur hôtelier

Cette victoire a une valeur de symbole. Selon le syndicaliste, cela va faire bouger les choses dans le secteur hôtelier. "Je pense que le groupe Accor est en train de prendre conscience qu'il ne peut pas traîner ce boulet des métiers pénibles, de la surexploitation dans la sous-traitance hôtelière et vraiment ce n'est pas un conflit isolé..."

C'est un conflit qui va donner le ton du changement de la politique sociale du groupe Accor dans l'industrie hôtelière.