Replay du jeudi 27 mai 2021

"Il y a 120.000 locations saisonnières en Ile-de-France" Vincent Gollain, directeur de l'Institut Paris Région

- Mis à jour le

Vincent Gollain, directeur du département économie de l'Institut Paris Région, était l'invité de France Bleu Paris pour parler d'une grande enquête sur les locations saisonnières en Ile-de-France.

Vincent Gollain
Vincent Gollain © Radio France - Soizic Bour

Vincent Gollain, directeur du département économie de l'Institut Paris Région, était en direct sur France Bleu Paris ce jeudi. Une étude analyse l'évolution des locations dans notre région. 

Il y a 120.000 locations saisonnières dans notre région, les 2/3 sont à Paris.

Cette offre a beaucoup évolué, en 2011 il y avait 20.000 locations uniquement à Paris intra-muros. Il y en avait 80.000 en 2019

Ces locations saisonnières sont très présentes dans l'hyper centre, elles se sont progressivement étendu à la Défense, quartier d'affaire, à Boulogne, Issy les Moulineaux et en grande couronne, le château de Versailles, Disneyland Paris mais aussi Cergy Pontoise, pôle universitaire et site des impressionnistes 

Ces locations saisonnières n'attirent plus seulement des touristes mai aussi des visiteurs qui peuvent être des professionnels, des salariés, des étudiants. C'est une tendance récente qui est apparue en 2016.

La crise sanitaire a durement touché ce secteur. Notre région accueillait 50 millions de touristes par an, en 2020 ils n'étaient plus que 17 millions mais les professionnels pensent que le retour à la normale se fera en 2023.

Les locations saisonnières amènent des visiteurs dans des lieux où ils ne vont pas habituellement. Le tourisme de proximité est facilité par le réseau de transports.

Des propriétaires qui ont acheté leur maison très chère font rentrer un peu d'argent en faisant de la location saisonnière. 

Les plateformes de réservation permettent de proposer des hébergements là où il n'y a pas d'hôtel ce qui amène des touristes dans des communes où ils ne seraient pas allés.

Dans le monde d'après, Vincent Gollain estime que les plateformes de réservation seront toujours très présentes, elles vont s'adapter aux marchés et elles seront très présentes pour les grands événements. C'est un atout dit-il pour l'Ile-de-France.