Replay du mardi 29 juin 2021

Elections 2021 en Ile-de-France : l'analyse de Mathieu Gallard, directeur de recherche chez Ipsos

- Mis à jour le

Mathieu Gallard, directeur de recherche chez Ipsos, était l'invité de France Bleu Paris à 8h15. Il évoque la bascule à droite du Val-de-Marne et il revient sur la victoire de Valérie Pécresse et sur l'abstention.

L'analyse des élections 2021
L'analyse des élections 2021 © Maxppp - Jean-François FREY

Mathieu Gallard, directeur de recherche chez Ipsos, était en direct sur France Bleu Paris à 8h15. Il analyse la bascule du Val-de-Marne qui est passé à droite après 45 ans de règne communiste.

La défaite des communistes n'est pas une surprise, explique le directeur de recherche, car ce sont "des évolutions que l'on voyait déjà à plusieurs élections récentes. Les communistes et la gauche dans son ensemble étaient en perte de vitesse dans le département".

Il rappelle qu'aux municipales de 2020, dans le Val-de-Marne, la droite avait remporté des mairies  importantes comme Champigny, Choisy-le-Roi ou Villeneuve-Saint-Georges.

La droite n'a pas conquis la Seine-Saint-Denis

La Seine-Saint-Denis est le seul département à  rester à gauche et selon Mathieu Gallard, les alliances passées par Stéphane Troussel, dès le premier tour, ont aidé la gauche à se maintenir dans ce département ; "d'ailleurs,  certains pensaient que la Seine-Saint-Denis pouvait basculer à droite et finalement la gauche a conservé le département assez facilement alors que, dans le Val-de-Marne, il y a eu des divisions au sein de la gauche."

"Les écologistes, notamment, sont très souvent partis seuls au premier tour face aux communistes et,  évidemment, cela n'a pas aidé, surtout dans une configuration où au niveau régional la droite était portée par Valérie Pécresse qui a obtenu un très bon résultat".

Selon Mathieu Gallard, pour le Val-de-Marne, il y a aussi peut-être une usure du pouvoir, car les communistes sont à la tête du département depuis 1976 "donc, pour une partie des habitants, il y avait peut-être l'envie de tourner la page". 

"On verra si cette conquête est durable lors des prochains scrutins"," conclut le chercheur. 

Pourquoi l'union de la gauche n'a pas fonctionné ?

Le directeur de recherche chez Ipsos explique qu'il n'y a pas eu de déperdition, que Julien Bayou a obtenu pratiquement l'addition des voix de chaque liste du premier tour. 

Il constate plutôt que Valérie Pécresse a réussi à capter un électorat beaucoup plus large qu'au premier tour en attirant une partie de ceux qui votent LREM et  RN. 

"Si elle a réussi, c'est parce qu'elle a personnellement une bonne image, que son bilan est bien jugé par les habitants de la région et que tout ça fait que les angles d'attaque de la gauche n'avaient pas vraiment de prise sur elle". 

Le rôle de l'abstention

Il y a une montée de l'abstention à tous les scrutins, indique Mathieu Gallard, sauf aux présidentielles et "c'est vrai que les électeurs de gauche se sont moins rendus aux urnes que ceux de droite" mais, pour lui, la victoire de Valérie Pécresse est tellement large qu'il doute qu'une participation similaire dans tous les camps politiques ait changé la donne.

Le chercheur ne croit pas au vote obligatoire. Il pense qu'il faudrait peut-être plutôt "donner plus de compétences aux régions, aux départements, pour que les électeurs aient le sentiment que ce sont des élections dans lesquelles il y a un vrai enjeu que nos régions ou nos départements soient dirigés par la droite ou la gauche ça change fondamentalement quelque chose dans la vie quotidienne".