Toutes les émissions

L'invité du matin

Du lundi au vendredi à 08h15

Ces mamans font partie de l'association "Femmes Solidaires"
Ces mamans font partie de l'association "Femmes Solidaires" © Radio France - Valentin Dunate

VIDEOS - "C'est pas parce qu'on habite dans une cité qu'on doit avoir un coin de deal" : Fanta Macalou

Diffusion du mercredi 11 septembre 2019 Durée : 8min

Fanta Macalou, présidente de l'association "Femme Solidaire", était l'invitée de France Bleu Paris à 08h15. Elle a monté son association pour lutter contre les dealers dans les quartiers sensibles de Villeneuve-Saint Georges.

Fin août 2019, Fanta Macalou lance des maraudes nocturnes dans son quartier "Le Plateau" à Villeneuve-Saint-Georges. Il y a un mois, Nicolas, un jeune de 23 ans, est mort dans ce quartier. Il a été tabassé à mort. Cette affaire a servi de déclencheur. Fanta Macalou s'est dit "Personne n'est à l'abri", et elle monte son association "Femmes Solidaires". 

Des maraudes pour aller à la rencontre des dealers

Avec d'autres mamans du quartier, Fanta Macalou fait des maraudes la nuit jusqu'à 02h00 du matin, pour lutter contre la banalisation des violences dans les quartiers. Elle n'a pas peur d'aller à la rencontre des dealers. "Nous avons la casquette de maman,  ils nous appellent les "daronnes" (mère en argot) des quartiers. Ce sont nos enfants, les enfants de la République.. à un moment donné il va falloir que quelqu'un fasse le boulot et que tout le monde prenne ses responsabilités".

Regardez son interview :

Fanta Macalou explique qu'elle connait presque tous ces jeunes qui sont dans le trafic. Elle estime qu'ils sont, eux aussi, dans la souffrance car, dit-elle, "ils ne font pas ça par gaieté de cœur".

Les mamans veulent faire de la prévention 

L'association n'est pas là pour prendre la place de la police. "La police fait son travail". 

"Au contraire, nous sommes là pour plus de prévention. En 2012, il y avait des fusillades dans ce quartier. Heureusement qu'il y a eu la création de cette association par les habitants du Plateau... Nous sommes aussi les mères et les pères de famille de ce quartier qui est un peu délaissé, abandonné et à un moment donné il faut réagir".

Une auditrice s'enthousiasme pour l'action des "daronnes"

Sofia, auditrice de France Bleu Paris, a écouté Fanta. Elle est touchée par le combat de cette maman. Elle offre immédiatement son aide. Regardez :

Fanta Macalou raconte que quand les mamans arrivent, les dealers fuient parce qu'ils ont honte... "On les suit mais le but c'est pas de les pourchasser ...". 

Ces mamans cherchent à ramener ces jeunes vers des activités légales pour qu'ils arrêtent de dealer. "C'est pas parce qu'on habite dans une cité qu'on doit avoir obligatoirement un coin de deal".

Pas question de montrer du doigt les parents qui sont souvent démunis

Franta Macalou explique qu'il y a un gros problème d'accompagnement de ces jeunes qui quittent l'école à l'âge de 16 ans et qui ne travaillent pas, n'ont aucune formation, pas d'insertion avec des familles qui sont parfois en difficulté. "Il ne faut pas stigmatiser les parents qui sont en difficulté, des familles souvent monoparentales avec des pères inexistants".