Toutes les émissions

L'invité du matin

Cimetière du Père Lachaise.
Cimetière du Père Lachaise. © Maxppp - Daniel FOURAY

"Nous avons un projet de reprise de tombes patrimoniales" : Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Paris

Diffusion du jeudi 1 novembre 2018 Durée : 7min

Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Paris chargée des espaces verts et des cimetières, était l'invitée de France Bleu Paris à 08h15. Elle a évoqué la pénurie de places dans les cimetières parisiens.

"Je crois que toutes les collectivités publiques aujourd'hui font face à un problème de saturation (dans les cimetières) parce qu'elles ont vendu pendant des années des concessions perpétuelles" affirme Pénélope Komitès.

A Paris, indique-t-elle, on peut toujours acheter des concessions perpétuelles mais pas uniquement et la ville procède depuis 2003 ce qu'on appelle des reprises de concessions pour pouvoir les revendre quand c'est juridiquement possible. "Pour pouvoir reprendre une concession, précise l'adjointe, il faut déjà qu'elle ait au moins trente ans d'existence, qu'il n'y ait pas eu d’inhumations depuis une dizaine d'années et puis qu'elle soit à l'état d'abandon, ce n'est pas de la mousse ou un problème d'entretien, il faut vraiment qu'il y ait un problème structurel et donc dans ce cas-là on procède à des reprises de concession...".

Un projet de reprise de tombes patrimoniales

"Les Parisiens peuvent continuer à être enterrés dans Paris intra-muros dans les concessions familiales qu'ils peuvent posséder, dans les terrains que nous remettons en vente année après année, même si effectivement il y en a peu..."

"Nous avons un projet qui est un petit peu compliqué de reprises de tombes d'intérêt patrimonial. Nous avons saisi le ministère de l'Intérieur au mois de septembre 2018. Il y a un certain nombre de tombes qui sont dans un état de déshérence, d'abandon, mais qui présentent un intérêt patrimonial et qu'on ne peut pas détruire, qu'on voudrait pouvoir reprendre pour pouvoir les revendre à des Parisiens sous réserve de restauration du patrimoine".

Aujourd'hui ces tombes patrimoniales représentent 100 à 150 terrains dans les cimetières parisiens. 

Il y a une montée croissante de la crémation" - Pénélope Komitès

Un parc funéraire crématorium dans le 19e arrondissement, porte de La Villette, va voir le jour. Des élus à Pantin ou Aubervilliers sont contre mais il va être fait. "Nous devrions attribuer la délégation de service public en juin 2019", indique l'adjointe chargée des cimetières.

"Ce sera un très beau bâtiment de deux étages... je crois qu'il faut essayer de sortir de ce tabou autour de la mort".