Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

0min

VIDEO - Philippe Bouyssou : "Le centre pour migrants qui ouvre ce jeudi à Ivry coûte zéro euro à la ville"

le jeudi 19 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Philippe Bouyssou
Philippe Bouyssou © Radio France - Martine Bréson

Le maire communiste d'Ivry (Val-de-Marne), Philippe Bouyssou, était l'invité de France Bleu à 8h15. Il a précisé comment allait fonctionner le centre pour migrants qui ouvre ce jeudi dans sa ville. Le centre de 400 places accueille des femmes, des couples et des familles.

Philippe Bouyssou, le maire communiste d'Ivry, était en direct sur France Bleu à 8h15. Un centre d'accueil pour migrants de 400 places ouvre jeudi dans sa ville. Ce centre est destiné aux femmes, aux couples et aux familles. Il est financé à 80% par la ville de Paris qui possède le site et par l'Etat pour le reste. Il est géré par Emmaüs Solidarité.

La ville a uniquement à prendre en charge la maraude qui va permettre de diagnostiquer les 50 personnes d'Ivry qui vont pouvoir aussi bénéficier de ce centre pour migrants car Philippe Bouyssou a indiqué que, dans ce centre, 50 places étaient réservées à des habitants démunis d'Ivry, ceux qui habitent dans des squats par exemple.

Il a aussi précisé que sur les 80 salariés prévus pour s'occuper des migrants à Ivry, 1/3 des emplois seront réservés à des Ivryens.

Regardez l'interview de Philippe Bouyssou à la fin de cet article.

A retenir

Pourquoi un centre à Ivry, un deuxième centre après celui du 18e arrondissement à Paris ?

"Cela a été une proposition d'Anne Hidalgo puisque le site sur lequel s’installe ce centre appartient à la ville de Paris, c'est l'ancien site de l'usine des eaux. J'ai accepté cette proposition parce que j’estime que la situation des migrants, des réfugiés, en France est suffisamment grave et sérieuse pour qu'on puisse contribuer, par un accueil sur notre territoire, à essayer de résoudre cette situation".

Ce que la ville y gagne

"Plusieurs choses ... sur les 400 places qui vont être créées dans ce centre, 50 habitants d'Ivry, qui vivent dans des situations d'extrême précarité, vont pouvoir y être accueillis... et un autre aspect positif pour la ville c'est qu'un tiers des 80 emplois, qui ont été créés par Emmaüs Solidarité, seront des Ivryens."

Le centre pour migrants d'Ivry

"Aujourd'hui il y a une première tranche qui ouvre donc il y a les premières familles qui arrivent ce matin, c'est un tiers de la capacité totale d'accueil qui a été livré avant-hier et le centre va continuer à se construire jusqu'à la fin mars 2017 où, là, il atteindra sa capacité totale de 400 places. Le centre a une durée de vie de cinq ans. Après ce site est intégré dans un appel à projet de la ville de Paris qui s'appelle Réinventer la Seine et ça doit donc accueillir des logements, des activités économiques, etc, etc..."

Ces centres ne sont pas toujours bien vécus par les riverains surtout les nouveaux propriétaires

Avec 80 personnes pour encadrer 400 familles, "Il n'y a aucune raison pour que ça se passe mal. Les personnes, qui vont venir là, vont y rester six mois en attendant d'être orientées vers des centres d'accueil pour demandeurs d'asile. Toutes les conditions sont créées pour que ça se passe bien."

L'accueil ne se passera pas comme dans le 18e arrondissement à Paris où il y a des queues devant le centre. Le maire assure que les migrants qui viendront à Ivry seront déjà passés par la Porte de la Chapelle à Paris et que c'est Emmaüs Solidarité qui les aura réorientés vers Ivry. Il n'y aura pas d’homme seul.

Les personnes arriveront en minibus et seront conduites vers le centre. Le maire va mettre en place une structure d’évaluation et de suivi pour veiller à ce que tout se passe bien et pouvoir réajuster le dispositif s'il y a un problème. Le maire pense que personne ne devrait s’installer dehors près du campement et il y veillera.

Combien ça coûte à la ville d'Ivry ?

"Rien du tout. Le projet est pris en charge à 80% par la ville de Paris et à 20% par l'Etat. Le fonctionnement de ce centre est totalement pris en charge par l'Etat. La ville payera uniquement la maraude qui va permettre de "diagnostiquer les 50 personnes d'Ivry qui vont pouvoir être accueillis sur ce centre".

Regardez l'interview de Philippe Bouyssou (dans un instant) :