Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

6min

VIDEO - Philippe Le Gall : "On n'a pas besoin de faire partie de la Croix Rouge pour apporter du réconfort à un SDF"

le mercredi 18 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Philippe Le Gall
Philippe Le Gall -

Philippe Le Gall, président de la Croix Rouge Ile-de-France était l'invité de France Bleu à 8h15. Il a fait le point sur le travail de ses équipes et les secours qui étaient apportés aux sans-abris en cette période de grand froid.

Philippe Le Gall, président de la Croix Rouge Ile-de-France, était sur France Bleu à 8h15. En cette période de grand froid, toutes ses équipes sont mobilisées. Les maraudes se multiplient surtout à la tombée de la nuit. Professionnels et bénévoles tentent de convaincre ceux qui sont dans la rue de rejoindre un centre d'hébergement. Pour ceux qui refusent, par crainte des maladies, des vols ou tout simplement parce qu'ils ne veulent pas côtoyer d'autres personnes, explique Philippe le Gall, ils apportent des boissons chaudes et des vêtements, gants, écharpes, bonnets. Ces gestes tout simples, tout le monde peut les faire, précise Philippe Le Gall. Et si, quand vous vous adressez à une personne sans abri, elle ne répond pas, "il faut appeler les secours. Il faut faire le 18, contacter les pompiers et non pas appeler le 115".

Regardez l'interview de Philippe Le Gall à la fin de cet article

A retenir

Le froid en Ile-de-France

"On renforce nos équipes... on mobilise des centaines de bénévoles en Ile-de-France... capables d'aller au contact des personnes sans abri et essayer de les convaincre. C'est essentiellement le soir et la nuit... on est entre une quinzaine et une vingtaine d'équipes par soir sur l'ensemble des départements".

Les SDF qui refusent de quitter leur abri de fortune

"C'est d'ailleurs toute la complexité pour ces équipes de maraude ... c'est essayer de les (SDF) convaincre de se rendre vers des lieux d'hébergement. Ils refusent la plupart du temps .. ils ne veulent pas être au contact des autres, ils ne veulent pas prendre le risque d'attraper des maladies, ils ne veulent pas prendre le risque de se faire voler leurs affaires... ils ont un refus assez systématique...

Au fur et à mesure, on revoit les mêmes personnes chaque soir et au bout d'un moment, on finit par les convaincre parce qu'elles n'en peuvent plus de résister au froid et donc elles finissent par nous accompagner et aller dans un centre d'hébergement....

On ne peut pas les obliger, on peut les prendre en charge quand il y a une détresse vitale... par contre ce qu'on fait, on leur apporte du café chaud, de quoi manger, des bonnets, des gants, des tours de cou, des duvets..."

Les particuliers peuvent-ils faire quelque chose pour les sans-abris qu'ils verraient près de chez eux ?

"On n'a pas besoin de faire partie d'une équipe de la Croix Rouge pour apporter du réconfort à une personne dans la rue. Il faut être vigilant parce qu'en période de grand froid, les personnes peuvent avoir des signes de détresse vitale... il faut insister et si elle ne répond pas, il faut appeler les secours, pas le 115 mais les secours, le 18, les pompiers.

C'est quoi aujourd'hui un centre d'accueil ?

"Il y a différents types de centre... au quotidien, on a les centres d'hébergement classiques qui sont ouverts toute l'année et on renforce ces centres d'hébergement par un dispositif d'abris d'urgence. Ça peut être des gymnases, des salles dans des mairies comme ça existe à Paris, ce sont des endroits où on va prendre entre 50 et 100 personnes, c'est le 115 qui oriente..."

Est-ce-qu'on met toujours les sans-abris dehors à 8h du matin ?

"Les mises à l'abri d'urgence, ce sont des accueils de nuit donc effectivement le lendemain matin il faut bien vider le centre soit pour le nettoyer et redonner une activité de journée à ce lieu pour le rééquiper le soir.. dans les autres centres non, on reste plus longtemps, il y a un accueil de jour, c'est différent".

Regardez l'interview de Philippe Le Gall :