Toutes les émissions

L'invité du matin

Philippe Rio
Philippe Rio © Radio France - Martine Bréson

"Bercy peut trouver les 48 milliards nécessaires au plan Borloo pour les banlieues" : Philippe Rio

Diffusion du jeudi 26 avril 2018 Durée : 8min

Le rapport Borloo sur la banlieue est remis ce jeudi au Premier Ministre Edouard Philippe. Philippe Rio, maire communiste de Grigny, fait partie de l'équipe qui a travaillé sur ce rapport. Il était l'invité de France Bleu Paris à 8h15. Regardez son interview à la fin de cet article.

Le rapport Borloo pour les banlieues est remis ce jeudi matin au Premier ministre. "C'est une étape importante", indique Philippe Rio. 

"Il faut un investissement massif dans l'humain" - Philippe Rio 

Il explique que l'équipe a travaillé durant six mois avec les associations, "nous voulons une mobilisation nationale sur la question des quartiers". Il estime qu'aujourd'hui "il faut un investissement massif dans l'humain. La mère des batailles restera l'éducation, la question de la formation professionnelle, de la lutte contre illettrisme qui est à hauteur de 20% dans nos quartiers politique de la ville". L'objectif c'est de "réconcilier la République avec les quartiers populaires".

Un plan de 48 milliards

Il faudrait 48 milliards d'euros pour réaliser ce plan et Bercy peut les trouver estime Philippe Rio car "il en va de notre République et de la France. Une partie de l'argent ira dans la rénovation urbaine, une autre pour l'éducation et la formation... si on n'a pas acquis un savoir être et un savoir-faire on ne peut pas être dans l'emploi".

Il faut s'occuper de la jeunesse

Avec cette jeunesse des quartiers "soit on produit la relève dans ce pays, on fait de la cohésion, sinon ce sera l'explosion. Aujourd'hui il y a des signaux sourds un peu partout en France. Nous sommes sur un volcan".

"Il faut du temps" - Philippe Rio 

"Nous ne voulons plus de mesures gadgets... Il faut un changement des mentalités, la classe politique française doit évoluer, il nous faut du temps et des choses solides et de la globalité. On ne peut pas agir uniquement sur un mal".

Regardez l'interview de Philippe Rio