L'invité du matin

Du lundi au vendredi à 08h15

Réforme de l'assurance chômage : elle prend effet le 1er novembre 2019
Réforme de l'assurance chômage : elle prend effet le 1er novembre 2019 © Radio France - Isabelle Baudriller

Va-t-on vers la fin de l'assurance chômage ? Regardez Pierre-Edouard Magnan, du Mouvement des chômeurs

Diffusion du jeudi 31 octobre 2019 Durée : 7min

Pierre-Edouard Magnan, porte-parole du Mouvement national des chômeurs et précaire, était l'invité de France Bleu Paris à 08h15. Il réagit à la mise en place de la réforme de l'assurance chômage.

La réforme de l'assurance chômage prend effet vendredi 1er novembre 2019. Elle va changer pas mal de choses pour les demandeurs d'emploi. Pour en parler France Bleu Paris a invité Pierre-Edouard Magnan, porte-parole du Mouvement national des chômeurs et précaire. Pour lui il y a trois modifications majeures à retenir. 

 "Aujourd'hui il suffisait de travailler quatre mois pour avoir droit à quatre mois de chômage, désormais il faudra avoir travaillé six mois pour avoir droit à six mois de chômage". Selon lui cette mesure fait sortir 300 mille personnes de l'indemnisation du chômage. Une mesure terrible dit-il même s'il reconnait que ceux qui ont déjà ouvert leurs droits ne sont pas concernés.  

Il rappelle que "cela fait 40 ans que les chômeurs perdent des droits mais cette fois il estime "qu'on a jamais tapé aussi fort en une seule fois sur autant de chômeurs à la fois".

L'économie pour l'Unédic va être de 3,5 milliards d'euros sur trois ans.

Derrière il y a sans doute "un projet plus abouti qui est finalement la fin de l'assurance chômage puisque depuis le 1er janvier 2019 sur les bulletins de salaire il n'y a plus de cotisation chômage du côté des salariés, depuis le 1er octobre 2019 il n'y en a plus pour les employeurs, c'est maintenant l'Etat via la CSG qui finance l'indemnisation du chômage..."

 Pierre-Edouard Magnan estime aussi que les plus précaires et les plus pauvres vont être très touchés par cette réforme qui va encore les appauvrir.

Il affirme aussi que les chômeurs ne sont pas bien informés sur les changements à venir et il dit qu'il est inquiet pour les agents de Pôle emploi "qui vont se retrouver en première ligne...face à des chômeurs qui vont être légitimement en colère..."

 Il a rappelé qu'il y avait une manifestation contre le chômage et la précarité qui est prévue le 30 novembre 2019