Toutes les émissions

L'invité du matin

Stéphane Peu
Stéphane Peu © Radio France - Martine Bréson

VIDEO - "Comme il y a un permis de conduire pour conduire, il faut un permis de louer pour louer" : Stéphane Peu

Diffusion du lundi 27 août 2018 Durée : 6min

Stéphane Peu, député communiste de Seine-Saint-Denis, était l'invité de France Bleu Paris à 8h15. Il a parlé de la lutte contre les logements insalubres et les marchands de sommeil et il a évoqué le permis de louer.

Stéphane Peu, député communiste de la Seine-Saint-Denis, était en direct sur France Bleu Paris à 8h15. Il a réagi après l'incendie à Aubervilliers d'une maison qui n'était pas destinée à l'habitation. 

Il explique que, selon lui "il faut que notre droit français inverse les priorités, aujourd'hui il est plus protecteur du droit de propriété qu'il est protecteur du droit de l'homme ". 

Il précise que son groupe a déposé beaucoup d'amendements pour essayer de "remettre la question de la dignité dans l'habitat au cœur des préoccupations et pour avoir un droit français qui soit plus répressif, qui donne plus de moyens aux agents de l'Etat et aux communes pour réprimer les marchands de sommeil."

"Aujourd'hui, on est dans des procédures qui sont extrêmement longues et qui sont assez peu dissuasives" indique Stéphane Peu

"L'habitat insalubre est un vecteur de blanchiment de l'argent sale et notamment de l'argent de la drogue entre autre et on n'a pas les peines suffisamment dissuasives pour empêcher cela".

Le droit de préemption est très encadré. Une ville ne peut préempter que si elle est motivée par un intérêt public or la lutte contre l'habitat insalubre n'est pas considérée comme un intérêt public... Il faut modifier ce point".  

"De la même façon qu'il y a un permis de conduire pour conduire, il faut qu'il y ait un permis de louer pour louer".

Le permis de louer "est une des réponses (à l'habitat insalubre). Quand on veut être propriétaire-bailleur, il y a des obligations, il y a des choses qu'on peut faire et des choses qu'on ne peut pas faire", estime le député de Seine-Saint-Denis.

Regardez l'interview de Stéphane Peu :