Toutes les émissions

L'invité en question

Lycee Maurice Utrillo
Lycee Maurice Utrillo © Maxppp - LP/ Jean Nicholas Guillo

"Les besoins sont éducatifs" : Grégory Thuizat, co-secrétaire départemental du syndicat SNES-FSU de Seine-Saint-Denis

Diffusion du lundi 5 novembre 2018 Durée : 3min

Grégory Thuizat, co-secrétaire départemental du syndicat SNES-FSU de Seine-Saint-Denis explique que les enseignants du lycée Utrillo de Stains (Seine-Saint-Denis) sont en grève pour protester contre la nomination d'un ancien gendarme comme proviseur-adjoint.

Grégory Thuizat était l'invité de France Bleu Paris ce lundi à 08h15. Regardez son interview à la fin de cet article.

Les enseignants dénoncent d'un côté la non-réaction de l'Education nationale suite aux violences commises contre eux et dénoncées par le mouvement #pasdevagues et en même temps, ils se mettent en grève quand  un ancien gendarme est nommé pour gérer la sécurité dans les établissements scolaires en Seine-Saint-Denis. Cela a l'air contradictoire mais pas pour pour Grégory Thuizat, co-secrétaire départemental du syndicat SNES-FSU de Seine-Saint-Denis, principal syndicat des enseignants du secondaire.

Il regrette que la seule réponse apportée pour l'instant soit sécuritaire. "_Au lycée Utrillo (de Stains) on a une double violence, une violence extérieure à l'établissement mais aussi une violence symbolique de l'institution qui consiste à ne pas répondre et à donner une fin de non-recevoir_" à des demandes d'encadrement renforcé. 

Il assure qu'il a fallu une semaine en 2017 pour qu'un poste d'assistant d'éducation soit pérennisé alors que tout d'un coup des crédits sont débloqués de façon "miraculeuse" pour la nomination d'un troisième proviseur adjoint chargé de la sécurité pour 50% de ces tâches "alors qu'on ne sait pas quelle est sa réelle compétence dans le domaine".

S'il n'a rien, dit-il, contre le fait que cette personne soit un ancien gendarme, il pense que cette réponse au problème relève du pur "affichage sécuritaire".    

Grégory Thuizat explique que la grève de ce lundi est destinée à montrer que les besoins sont des besoins éducatifs.

Plus qu'un retour de l'ordre il souhaite un retour de la sérénité. "L'ordre on ne l'obtiendra pas en plaquant ici et là des personnels référents... , on aura une sérénité plus grande si on met des personnels à la place qui est la leur c'est à dire des assistants d'éducation, des enseignants etc..."

Regardez l'interview de :