Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

7min

VIDEO - "Il manque 300 millions d'euros pour financer le passe Navigo à tarif unique" : Thierry Solère (LR)

le jeudi 21 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
Thierry Solère (LR)
Thierry Solère (LR) © Radio France - Martine Bréson

Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine, patron du groupe au conseil régional et président du comité d'organisation de la Primaire 2016, était l'invité de Noé da Silva à 8h40. Il a parlé de l'état d'urgence, du passe Navigo, de la Primaire et d'Emmanuel Macron.

Thierry Solère était l'invité politique de France Bleu 107.1 à 8h40. Le député Les Républicains des Hauts-de-Seine, patron du groupe au conseil régional et président du comité d'organisation de la Primaire 2016, a parlé du passe Navigo et du déménagement du siège du Conseil régional, il a aussi évoqué la Primaire et ses relations avec l'UDI. Il a critiqué Emmanuel Macron et il a défendu la prolongation de l'état d'urgence.

Regardez l'intégralité de l'interview de Thierry Solère à la fin de cet article.

A retenir

Conseil régional et décisions sur le passe Navigo à tarif unique

Passe Navigo à tarif unique : "il manque 300 millions d’euros. Il faut que l’Etat prenne ses responsabilités et transfère à la région des recettes nouvelles. Nous, on va faire notre part mais il faut que l’Etat fasse la sienne. Et la part de la région, c’est la lutte contre la fraude qui va rapporter beaucoup d ‘argent".

Le déménagement du conseil régional : "Nous on va déménager le siège de la région de l’autre côté du Périphérique, on est en train de visiter différents sites mais ça se fera et ça se fera vite. On a besoin de 40 000 m2...Les hémicycles, c’est pas très compliqué à construire…en Seine-Saint-Denis ou dans le Val-de-Marne, dans l’Est de Paris globalement".

Prolongation de l'état d’urgence

"Je crois qu’il faut le faire. L’état d’urgence permet à l’Etat d’être plus réactif. Il faut que l’Etat fasse un audit de sa chaîne de sécurité pour voir là où il y a des défaillances".

Emmanuel Macron, ministre de l'économie

"Le gouvernement de gauche a, en son sein, un ministre qui envoie en permanence des clins d’œil aux électeurs de droite "je vous ai compris", le problème c’est qu’il nous a compris mais qu'il ne fait rien".

La Primaire à droite

"Nous tous, aux Républicains, on a conscience que la droite et le centre qui ont été rassemblés aux régionales, aux départementales, aux municipales - ça a très bien marché- doivent l’être à la présidentielle. Quel meilleur moyen que de faire une Primaire ouverte aux électeurs de la droite et du centre".

"On a tout prévu, rien ne sera caché, l’UDI a toute sa place dans son organisation... Vraiment on travaille la main dans la main avec l’UDI... A tous les étages, on a réservé des places pour que l’UDI ne puisse pas être associée mais complètement branchée dans cette Primaire".

C’est mal parti pour Nicolas Sarkozy ?

"Je ne crois pas qu’on puisse dire ça... Les sondages, ça mesure à un temps T...Le meilleur gagnera et tout le monde sera rassemblé derrière le gagnant".

Regardez l'intégralité de l'interview de Thierry Solère :