Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

7min

VIDEO - "Je ne voterai pas la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux" : Sandrine Mazetier (PS)

le jeudi 7 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
Sandrine Mazetier (PS)
Sandrine Mazetier (PS) © Radio France - Martine Bréson

Sandrine Mazetier, députée socialiste de Paris et vice-présidente de l'Assemblée Nationale, était l'invitée politique de France Bleu 107.1. Elle s'est prononcée contre la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux.

Sandrine Mazetier était l'invitée politique de Noé da Silva sur France Bleu 107.1. La députée de Paris et vice-présidente de l'Assemblée Nationale a évoqué avec beaucoup d'émotion les attentats de janvier à Paris, en particulier celui de l'Hyper Kacher à la limite du XXème arrondissement dont elle est l'élue. Elle a aussi précisé qu'elle ne voterait pas la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux.

Regardez l'intégralité de son interview à la fin de cet article.

A retenir

Un an après les attentats de janvier 2015 à Paris

"Les cicatrices sont là, le pays s’est relevé Paris et la France sont debout mais dans la chair de la capitale, du pays, de la Nation, il reste encore des cicatrices".

"Il y a eu un regain d’angoisse au moment du 13 novembre 2015 parce que ça a renvoyé chacun à cet épisode terrible où les enfants étaient confinés dans les écoles. Les parents avaient peur pour leurs enfants et je voudrais saluer l’ensemble des services publics, à la fois la communauté éducative, les policiers mais aussi les forces de secours".

Le vivre ensemble et la déchéance de nationalité

"Il faut trouver les voix de l’apaisement. Ce dont a besoin ce pays cette Nation c’est d’unité et de cohésion Il faut se garder de mots qui blessent de propositions qui clivent et de demander à chacun de nos concitoyens de choisir un camp".

"Je ne voterai pas la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux. Je ferai en sorte d’avoir à voter sur autre chose, sur une peine qui s’appliquerait à tous les terroristes, qu’ils soient mono nationaux ou bi-nationaux".

Regardez l'intégralité de l'Interview de Sandrine Mazetier: