Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

8min

VIDEO - "Une société qui n'assume pas sa mémoire est une socité qui va mal" : François Vauglin, maire PS du XIe

le mardi 5 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
François Vauglin, maire PS du XIe arrondissement de Paris.
François Vauglin, maire PS du XIe arrondissement de Paris. © Radio France - Martine Bréson

Un an après les attentats de janvier 2015 dans le XIe arrondissement de Paris et à l'occasion de cette première journée de commémoration, François Vauglin, maire PS du XIe arrondissement, était l'invité politique de Noé da Silva.

Un an après l'attaque terroriste dans le XIe arrondissement à Paris,  une première journée de commémoration est prévue ce mardi. Des plaques vont être dévoilées. Dessus il y a les noms des personnes et la mention "Ils sont tombés, victimes du terrorisme". Dimanche un chêne sera planté place de la République et une plaque expliquant ce geste sera posée. L'après-midi, un moment de recueillement sera organisé. Johnny Halliday va interpréter une chanson qui a été écrite au lendemain de la Marche républicaine du 11 janvier 2015. Ce sera suivi d’une minute de silence et de la Marseillaise. La  statue de la République sera éclairée en bleu blanc rouge.

A retenir :

2015 : une année difficile pour le maire du XIe, François Vauglin 

"2015 nous a endeuillé d’une manière absolument épouvantable dès le 7 janvier jusqu’au 13 novembre 2015. Ça a été une année triste à Paris et dans notre arrondissement plus particulièrement".

Les commémorations de ce mardi

"Ça va être très simple et très sobre. Nous sommes un an après dans le travail de mémoire et donc inscrire dans l’espace public de Paris la mémoire de ce qui s’est passé nous semblait quelque chose d’indispensable".

"Les gens veulent venir se recueillir, ils veulent pouvoir avoir une pensée, partager une solidarité. Faire ces gestes mémoriels, c’est indispensable pour pouvoir continuer à vivre ensemble, pour que les gens du quartier puissent continuer à bien vivre parce que vivre entouré de fleurs comme dans un cimetière ce n'est pas évident".

"Les commémorations me semblent nécessaires. Une société qui ne connaît pas son histoire, qui n’assume pas sa mémoire, est une société qui va mal. Ça permet aussi de passer à autre chose".

La déchéance de nationalité

"Je reste convaincu que c’est la diversité et la jeunesse qui ont été pris pour cible. C’est pour cela que nous ne devons pas changer".

"Ce qui me dérange, c’est que ça change qui on est. Nous sommes un pays d’accueil, sommes une terre d’accueil. C’est pour ça que c’est un endroit qui a été visé, c’est parce que ça défrise les intégristes. Si nous changeons ce que nous sommes, nous leur donnons une parcelle de victoire et c’est ça qui m’embête. Et je ne crois pas une seconde dans l’efficacité de cette mesure".

Plus sécurité dans les rues

"Le XIe et Paris plus généralement n’ont jamais été aussi protégés qu’aujourd’hui. Des patrouilles qui ne sont plus statiques, ça permet de protéger plus de sites en même temps".