Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

8min

VIDEO - "Moi je dis aux Français révoltez-vous" : Nicolas Dupont-Aignan invité politique de France Bleu 107.1

le mercredi 30 mars 2016
Podcasts : iTunes RSS
Nicolas Dupont-Aignan
Nicolas Dupont-Aignan © Radio France - Martine Bréson

Nicolas Dupont-Aignan, député maire de Yerres est l'invité politique de Noé da Silva. Nicolas Dupont Aignan est aussi président de Debout la France. Il est candidat à l’élection présidentielle.Il estime avoir des projets sérieux et il pense pouvoir améliorer la vie des Français au quotidien.

Nicolas Dupont-Aignan, député maire de Yerres, est l'invité politique de Noé da Silva. Nicolas Dupont-Aignan est aussi président de Debout la France. Il est candidat à l’élection présidentielle. Après avoir réagi à l'annonce de la mort de Jean-Pierre Coffe, "Il défendait ce qui fait notre exception", Nicolas Dupont-Aignan a parlé de ses convictions.

Il estime que son parti est une "bonne alternative". "Les Français ne veulent plus de ceux qui nous gouvernent", ils "n'en peuvent plus du système politique dans lequel on veut nous enfermer" affirme le président de Debout la France. "On va changer les choses".

A propos de la loi de modernisation avec, entre autre, l’obligation de rendre public tous les parrainages "Tout est fait par le Parti socialiste et les Républicains pour étouffer la vie politique française", "Nous sommes le seul pays au monde à recycler des gens qui ont échoué". "Moi je dis au Français qui m’écoutent : révoltez-vous".

Sur la réforme du code du travail, Nicolas Dupont-Aignan estime qu'elle est "absurde "C'est une loi qui organise les licenciements".

Quant à l'action de la présidente de la Région Valérie Pécresse, Nicolas Dupont-Aignan voudrait "du bon sens". "Ce que je vois, c'est que rien n'a changé, aucunes décisions concrètes n’ont été prises sur la question majeure des RER, des transports ".

Regardez l'intégralité de l'interview de Nicolas Dupont-Aignan à la fin de cet article.

A retenir 

"Je me méfie des postures car on a tellement eu de postures dans la vie politique qui n’ont rien donné, qui étaient creuses, que je comprends que les Français soient un peu dubitatifs".

"Je suis convaincu que les Français ne veulent plus de ceux qui nous gouvernent mais ils attendent pour voir car ils attendent la bonne alternative, celle qui ne mentira pas, qui redressera le pays, qui leur permettra de s’en sortir".

"Il y a une issue. Ce n’est pas possible qu’on dise à un pays comme la France … c’est fini, vous ne pouvez rien faire…Ma colère la plus grande, c’est la résignation générale. Ce que je veux dire aux Français c’est que s’ils étudient mon projet …il y a une possibilité de s’en sortir, on n’est pas condamné à subir".

"Je crois que les Français n’en peuvent plus du système politique dans lequel on veut nous enfermer".

"Soit on continue avec les mêmes qui ont échoué, ruiné la France et qui osent se représenter, soit on part au Front National dans un parti qui proteste mais qui n’a pas de solution crédible et que finalement les Français, au second tour, rejettent".

"Ma candidature vise à dire aux Français : il y a un chemin possible, on va changer les choses mais on ne va pas avoir les excès du Front National".

"Nous sommes le seul pays au monde à recycler des gens qui qui ont échoué. Moi je dis aux Français qui m’écoutent : révoltez-vous".

La loi pour réformer le code du travail

"C’est une loi qui organise les licenciements. Elle est absurde".

"Les Français veulent du sérieux. Moi je propose un projet sérieux pour davantage d’ordre, contrôler nos frontières…et pour davantage de justice sociale".

Les 100 jours de Valérie Pécresse à la tête de la région Ile-de-France

"Ce qui je vois c’est que rien n’a changé, aucunes décisions concrètes n’ont été prises sur la question majeure des RER, sur les transports… Moi je voudrais du bon sens… je préfèrerais qu’on s’occupe des Franciliens, des embouteillages, qu’on mette des agents de circulation aux carrefours pour éviter qu’ils soient bloqués. Moi, vous voyez, je ne fais pas de la grande politique, je voudrais qu’on règle les problèmes quotidiens de nos concitoyens".

Regardez l'intégralité de l'interview de Nicolas Dupont-Aignan