Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

8min

VIDEO - Loi Travail "On peut faire une réforme sans écraser les salariés" : Jean-Marie Cavada

le vendredi 1 avril 2016
Podcasts : iTunes RSS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie Cavada © Radio France - Martine Bréson

Jean-Marie Cavada, député européen, président du mouvement Européen-France et de Génération Citoyens, était l'invité de Noé da Silva à 8h40. Il a parlé de la loi Travail, de la déchéance de nationalité, de la politique migratoire et de pollution.

Jean-Marie Cavada, député européen, président du mouvement Européen-France et de Génération Citoyens, était l'invité de France Bleu 107.1 à 8h40. Il a parlé des manifestations contre la loi Travail. Il comprend les jeunes qui manifestent et qui pensent que "le paysage est fermé". Sur la déchéance de nationalité il estime que "c'était une très mauvaise idée". Il pense qu'il faut un contrôle aux frontières de l'Europe pour savoir qui rentre. Pour lutter contre le terrorisme "Nous avons besoin de nous unir, dit-il, nous ne sommes pas assez unis". Sur la lutte contre la pollution, Jean Marie Cavada pense qu'il "faut avancer pas à pas mais il faut avancer".

Regardez l'intégralité de l'interview de Jean-Marie Cavada à la fin de cet article.

A retenir 

L'Europe

"Dans le désarrois dans lequel se trouve notre pays actuellement, ce serait bien de regarder avec une certaine modestie qui a fait quoi avec succès et de nous l'appliquer nous-même mais je crois que ce n'est pas dans la tradition française".

Manifestation contre la loi Travail

"C'est une évidence que le paysage est fermé". "L'exemple suédois est très bien c'est à dire qu'on peut faire un réforme de la fluidité du marché du travail sans écraser les salariés... On peut faire à la fois la réforme de la production économique, produire des richesses, et la réforme, je dirais, de la fluidité du marché du travail pour que les jeunes puissent rentrer dedans sans pour autant les payer à 4 euros... Il faut trouver les moyens de protéger les salariés non pas par la rigidité, ça n'existera plus, c'est fini, c'est un monde finissant ça, mais en indemnisant correctement les gens de deux manières : en protégeant le niveau salarial d'une part et d'autre part en les accompagnant tout au long de leur vie avec une sorte de carnet de formation... C'est une profonde transformation du monde syndical qu'il faut aussi ".

La déchéance de nationalité

"C’était une très mauvaise idée... ça n'a aucun sens, ça n'a aucun intérêt..."

Terrorisme

"L'Europe n'est plus hors de portée et nous avons besoin de nous unir pour lutter.  Nous ne sommes pas assez unis".

"Il n'y a aucun pays, aucun continent, dont les frontières extérieures ne soient contrôlées. Ça ne veut pas dire qu'elles seront fermées. Ça veut dire qu'on sait qui rentre".

"Nous avons besoin d'un procureur européen... le crime est international, la lutte doit l'être aussi".

La pollution au diésel

"L'Europe y va pas à pas en réalité. L'Europe, elle est balancée entre la nécessité de ne pas trop pénaliser les industries d'une part et d'autre part de faire des progrès en matière de lutte contre les émissions de carbone...il faut avancer pas à pas mais il faut avancer".

L'intégralité de l'interview de Jean-Marie Cavada :