L'invité du matin

Du lundi au vendredi à 08h15

Philippe Goujon, invité politique de France Bleu 107.1
Philippe Goujon, invité politique de France Bleu 107.1 © Radio France - Noe Da Silva

"Il faut que le gouvernement interdise Nuit Debout", Philippe Goujon, invité de France Bleu 107.1

Diffusion du vendredi 29 avril 2016 Durée : 7min

Après une journée et une nuit de violences à Paris, en marge de la manifestation contre la loi Travail et de Nuit Debout, Philippe Goujon était l'invité politique de France Bleu 107.1 ce vendredi. Pour le député Les Républicains de Paris, "l'Etat doit se ressaisir. Le gouvernement ne réagit pas".

Philippe Goujon, le député-maire Les Républicains du 15e arrondissement de Paris, était ce vendredi l'invité politique de France Bleu 107.1. Au micro de Noe Da Silva, le député de Paris est bien sûr largement revenu sur les violences survenus jeudi en marge des manifestations contre la loi Travail et du mouvement Nuit Debout. L'élu LR s''est également déclaré inquiet du choix de l'emplacement de la fan-zone parisienne durant l'Euro 2016.

"Nous sommes dans une situation de quasi-insurrection"

Au lendemain des violences qui ont neuf blessés dont un grave parmi les policiers mais aussi entraîné de très importants dégâts matériels, Philippe Goujon en a vivement appelé au gouvernement, lui demandant de prendre ses responsabilités : « Cela fait trop longtemps que cela dure, les Parisiens sont dans une situation de quasi-insurrection, ils subissent des violences, des dégradations et le gouvernement ne réagit pas ou pas suffisamment. Il faut que le gouvernement interdise les Nuits Debout. Il faut que l’Etat se ressaisisse et prenne ses responsabilités. Nous sommes en état d’urgence et aujourd’hui, nous tolérons des manifestations de toutes sortes, ce n’est pas possible de continuer comme cela".

Le député de Paris en appelle aussi à la maire de Paris Anne Hidalgo : "Il faut aussi que Paris se mobilise. J’attends des déclarations de la maire de Paris aujourd’hui et j’attends des déclarations fermes pour condamner ces violences".

Sur le mouvement Nuit Debout : "Ceux qui sont à Nuit Debout aujourd’hui, ce sont des rêveurs. Le résultat de ces Nuit Debout aujourd’hui, c’est qu’il y a un lieu dans Paris occupé et dégradé et qui se termine régulièrement par des violences".

"On n'est pas obligé de prendre des risques inconsidérés"

Sa position sur l'Euro 2016 est également très tranchée. "C’est une chance et une fierté pour la France d’avoir été choisie pour organiser l’Euro 2016. Maintenant, on n'est pas obligé de prendre des risques inconsidérés à permettre le rassemblement au pied de la Tour Eiffel, symbole de Paris, à une fan-zone de 15 hectares en accès libre, tous les jours, pendant un mois, sous une surveillance privée qui sera insuffisante. Je pense que l’on prend un risque très grave de mettre ces fans-zones dans des lieux très difficilement "sécurisables". Il ne faudrait pas que la fête se transforme en cauchemar. On propose d’installer cette fan zone au stade Charléty, dans une enceinte beaucoup mieux "sécurisable". Nous n'avons pas de réponse.