Émissions Toutes les émissions

L'invité du matin

Alstom : Pierre Laurent refuse "que Bouygues sorte de de cette affaire avec un bonus sur la revente de ses actions"

Podcasts : iTunes RSS
Pierre Laurent (PCF)
Pierre Laurent (PCF) © Radio France - / Noé da Silva

L'invité politique de France Bleu 107.1 est Pierre Laurent. Le secrétaire national du Parti Communiste Français, sénateur de Paris répond à Noé da Silva sur la grève des cheminots, la réforme ferroviaire, Alstom mais aussi le travail dominical. Écoutez...

Verbatim La réforme ferroviaire "Le vote solennel ne marquera pas la fin du débat sur les enjeux de cette réforme"."Au Sénat (nous allons -NDLR) nous allons pousser des amendements dans deux directions, la première c'est l'unicité du système ferroviaire, nous voulons l'unicité de la SNCF, pas d'une entreprise découpée en tranches, qui s'offrirait à la privatisation et à la mise en concurrence (...) et puis deuxièmement alléger le fardeau de la dette, parce qu'il y a un énorme besoin d'investissement dans la modernisation du réseau".Manuel Valls et les grévistes "Ceux qui ont essayé d'opposer les usagers aux cheminots n'ont pas rendu service et aux uns et aux autres, le gouvernement a beaucoup joué sur cette corde là, il a même monté une opération de toute pièce à propos du bac dont on a vu qu'elle n'avait aucun effet réel puisque tout le monde est arrivé à l'heure".Efficacité du couple Hollande-Valls ? "Ça n'est pas mon opinion, ni de la très grande majorité des Français qui, au contraire, voit dans la politique du couple Hollande-Valls la continuation d'un cap qui ne résout pas les problèmes du pays ni ceux du chômage, ni ceux de l'investissement public, ni ceux de la relance industrielle nécessaire".Alstom "S'il y a des choses qui bougent c'est parce qu'il y a des mobilisations sociales"."Nous demanderons des explications sur la nature de l'accord avec Bouygues, parce qu'on voit bien à la faveur de ce soit disant accord entre l'Etat et Bouygues, que Bouygues cherchait en vérité, depuis le début et c'est ce qui a provoqué la crise d'Alstom à se désengager en vendant ses parts au plus offrant (...) il serait quand même incroyable que Bouygues qui a obtenu ses actions de l'Etat à l'époque de Nicolas Sarkozy, sorte de cette affaire après avoir laissé tombé Alstom, avec un bonus sur la revente de ses actions et que ce soit l’État qui paie, c'est-à-dire les contribuables, donc il faut suivre cette affaire de très près".Le travail dominical "Nous ne sommes pas une ville où la seule chose qui compte c'est que tout soit marchandisé, c'est une villee qui a des valeurs et cette ville est décidée à les défendre".Si Anne Hidalgo acceptait d'étendre le travail dominical ? "Ce serait un accroc sérieux au contrat de majorité, mais je fais remarquer que pour le moment l'offensive ne vient pas d'Anne Hidalgo mais de Laurent Fabius, du gouvernement".