Toutes les émissions

L'invité du matin

"Les impôts à Paris sont les plus faibles de toutes les grandes villes de France", B. Delanoë
"Les impôts à Paris sont les plus faibles de toutes les grandes villes de France", B. Delanoë

"Les impôts à Paris sont les plus faibles de toutes les grandes villes de France", B. Delanoë

C'est la dernière rentrée politique de Bertrand Delanoë en tant que maire de Paris. Il est l'invité politique de Noé da Silva.

Bertrand Delanoë évoque l'inauguration du nouveau stade Jean Bouin, qui datait de "1920 et était pourri" qui ajoute le sourire dans la voix "Je n’ai pas le goût de la provocation mais c’est un stade qui coûte pas cher" . Le maire réagit surtout aux attaques de NKM sur la fiscalité, il ne comprend pas "qu’elle s’y prenne comme ça, parce qu’elle ne cesse de mentir, mais les parisiens ne sont pas des imbéciles, ils savent comparer leurs impôts locaux à ceux de leurs amis ou de leurs cousins à Bordeaux ". Bertrand Delanoë ajoute "qu'à Paris les impôts ont moins augmenté que dans les villes gérées par la droite entre 2001 et 2014 et avec cela reste les impôts les plus faibles de toutes les grandes villes de France ". Mais le maire enfonce le clou "Madame Kosciusko-Morizet ne connaît pas du tout les dossiers parisiens, d’ailleurs j’ai constaté qu’elle préférait parler de la Syrie que de la vie quotidienne des Parisiens. Elle ne fait que répéter les vieilles lunes de la droite parisienne . Ils sont toujours dans la caricature, la haine". Enfin, NKM "n'est pas la grande ordonnatrice des élégances" Sur l'arrondissement où se présente NKM : "si la gauche perdait le XIVème et qu’elle ne perde que le XIVème, elle ne perdrait pas Paris . Donc madame Kosciusko-Morizet, là aussi, fait preuve d’un drôle d’égocentrisme. C’est toujours plus complexe". A quelques jours de la rentrée, Bertrand Delanoë s'exprime pour la première fois sur les rythmes scolaires "Il faut être aussi ambitieux que modeste et concentré, parce qu’il y aura sans doute quelques petits cafouillages au début ". En guise de conclusion, le maired e Paris encourage (ou menace) le Stade Français "Eh bien, il faut qu’ils gagnent ! Parce que ce n’est pas tout d’avoir un beau stade : ils ont intérêt à gagner ! ".