Replay du mardi 23 février 2021

Alain Manac'h : "Tout ce qu’on vit en ce moment, ça ressemble quand même à une gigantesque pagaille"

- Mis à jour le

"C'est la pagaille", c'est le titre de la nouvelle Carte Blanche iséroise d'Alain Manac'h. Pourquoi ce choix ? Ecoutez.

C'est la pagaille
C'est la pagaille © Getty - Mint Images

"Avouez que ce n’est pas terrible quand même ! Tout ce qu’on vit en ce moment ou plutôt tout ce qu’on ne vit pas, ou plus… oui pas tout à fait… Ça fait un peu désordre quand même ! Ça ressemble à une gigantesque pagaille", c'est par ses mots qu'Alain Manac'h, notre représentant de la vie associative, habitant du quartier de la Villeneuve à Grenoble, et président d'une association du quartier débute sa Carte Blanche. 

Un désordre qui ne date pas, selon Alain, de la crise sanitaire. "Je crois que ce désordre est plus ancien, et la crise sanitaire a peut-être servi de révélateur".  Parmi les signes de cette pagaille, les inégalités sociales, notamment. "La pauvreté augmente, et la richesse de certains augmente. Les écarts entre les pauvres et les riches se creusent, augmentant ainsi l’exclusion et donc la violence.", souligne notre représentant de la vie associative.

Le mètre carré à la Villeneuve frôle les 1000 € alors qu’au centre-ville il s’approche des 3000 €.

Cette Carte Blanche iséroise et ce constat sont aussi l'occasion pour Alain Manac'h de nous rappeler l'un des rôles du citoyen. "Devenir citoyen c’est développer sa capacité à dire NON à ce désordre établit. C’est la capacité de dire NON à une société qui installe ou laisse s’installer ce désordre. Et c’est souvent la raison de nombreux engagements dans les associations."

La tension entre le "politique" et la "société civile" est naturelle, car ils sont des contraires.

Ecoutez la Carte Blanche iséroise d'Alain Manac'h.

Mots clés: