Replay du lundi 12 avril 2021

Jean François Noblet évoque le projet de zone d’activité écologique à Apprieu

- Mis à jour le

Que répondre à la communauté de communes de Bièvre-Est qui consulte le public sur un projet de zone d’activité de 19 hectares dans la plaine agricole d’Apprieu située entre le bois du Devez et l’autoroute ?

fleur des champs
fleur des champs © Radio France

Il n’est plus possible, compte tenu des crises climatiques et sanitaires, de raisonner comme autrefois et de ne retenir que le paramètre création d’emplois pour ce genre de projet. Aujourd’hui nous sommes dans l’obligation de penser autrement le développement économique. Pour assurer notre autonomie alimentaire et les circuits courts nous devons sauvegarder l’espace agricole et les emplois d’agriculteurs. Pour éviter le changement climatique nous devons protéger les sols qui stockent le carbone et limiter leur imperméabilisation. Nous devons aussi limiter les transports. Enfin pour survivre sur la planète nous devons protéger la biodiversité. 

Le projet proposé de ZAC est totalement contraire à ces trois principes qui nous concernent tous. 

  • Alors qu’il nous faut privilégier la résilience alimentaire locale, on n’arrête pas de détruire des espaces agricoles et de perdre des emplois d’agriculteurs. Or ce ne sont pas les ingénieurs informatiques qui vont nous faire pousser des carottes ! 
  • Alors que l’espace devient la ressource naturelle la plus rare, on n’arrête pas de faire des bâtiments sans étages et  sans caves entourés de grands parkings qui sont déserts la nuit. 
  • Alors que les transports sont une des principales sources de gaz à effet de serre, on continue d’installer des emplois loin des habitations, proches des grands voies de circulation pour favoriser la logistique et l’augmentation du trafic de marchandises. 
  • Alors que  la commune d’Apprieu dispose d’un atlas communal de biodiversité démontrant sa régression importante, on va détruire celle qui existe dans le sol sur 19 hectares et  celle qui vit  et migre encore dans la plaine. 

Faut-il renoncer au projet ?

Pas forcément, mais il faut absolument changer de logique et de raisonnement. Tout d’abord il faut privilégier  une implantation sur des friches industrielles abandonnées, densifier les Zac existantes puis concevoir des bâtiments avec étages, cave et toiture végétalisée, avec des parkings communs, histoire de ne pas gaspiller un mètre carré. On cherchera à intégrer des logements et des services dans une Zac pour éviter les trajets domicile-travail. On la raccordera aux transports doux avec borne électrique pour le rechargement des véhicules. On renoncera à construire des parallélépipèdes non isolés et on obligera l’installation de panneaux solaires sur les toits et sur les parkings. Des nichoirs à oiseaux, à  chauves-souris à insectes seront intégrés aux bâtiments. L’imperméabilisation des sols sera  limitée. Les espaces verts seront communs à toutes les entreprises, plantés de haies d’essences locales, d’arbres fruitiers de variétés anciennes et pourront avoir une vocation agricole par exemple du bétail pour l’entretien des prairies,  des ruches,  des vergers et du  maraichage. Les pesticides et la pollution lumineuse seront interdits. Les corridors biologiques existants pour la faune seront maintenus et valorisés. Les clôtures devront être perméables au passage de la faune. Par exemple, sur le projet d’Apprieu il faut garantir sa libre circulation entre le bois du Devez et la possibilité de traverser l’autoroute A48 avec un trottoir végétalisé sur le pont situé au sud du péage de Rives. 

Est-ce vraiment possible Jean François ? 

Sans cela, on va dans le mur et les décideurs qui ne changent pas de raisonnements portent une lourde responsabilité. Pour réussir cette révolution culturelle, j’ajoute qu’il me parait essentiel que les collectivités doivent en premier lieu garder la propriété des terrains, louer les emplacements pour pouvoir  garantir le respect de cahiers des charges écologiques à long terme. 

Pour réagir à ce sujet : www.eco-isere.frc

Mots clés: