Replay du mercredi 28 avril 2021

Jérôme Pichon : La folie de l'oral

- Mis à jour le

Voilà quelques années maintenant que, dans la société comme à l'école, l'oral semble gagner en importance, au point de parfois suppléer l'écrit. À l'approche des examens de fin d'année (enfin ! ceux qui sont pour l'heure maintenus...), Jérôme Pichon a souhaité revenir sur cette tendance. Ecoutez.

La folie de l'oral
La folie de l'oral © Getty - Maskot

Il est vrai que l'oral est une grande mode, comme nous le rappelle Jérôme Pichon, professeur de Lettres et de Cinéma au Lycée du Grésivaudan à Meylan. "Dans les médias, au cinéma, la mode est à la valorisation de l'oral. France 2 a, depuis trois saisons, lancé un concours d'éloquence intitulé "Le Grand Oral", en écho à ceux régulièrement organisés désormais dans les facultés... Peut-être avez-vous vu, d'ailleurs, le documentaire qu'en a tiré Stéphane de Freitas en 2017, intitulé À voix haute ― La force de la parole, ou le film Le Brio d'Yvan Attal, avec l'indispensable Daniel Auteuil, sorti la même année, qui s'en inspire également".

L'Education Nationale n'est pas en reste. Elle souhaite également valoriser l'oral. Preuve en est avec la nouvelle formule du brevet. "Aujourd'hui, l'une de ses épreuves, en fin de Troisième, est un oral, qui compte pour un huitième de la note finale. Chaque élève présente un projet mené en histoire des arts ou dans le cadre, soit d'un EPI (Enseignement Pratique Interdisciplinaire), soit d'un parcours dit éducatif portant par exemple sur les notions d'avenir, de citoyenneté..."

Rien de trop exigeant : une expression un tant soit peu claire et structurée, qui repose sur le vocabulaire le plus précis et varié possible, ainsi que sur une capacité à argumenter et à échanger a minima...

Qu'en est-il pour les lycéens , et le si célèbre oral du bac de français ? Comme le regrette Jérôme Pichon, les critères ne sont pas les mêmes. "On n'y demande plus aux élèves de réfléchir à une question d'analyse sur un texte ou de stimuler, lors d'un vrai entretien, les connaissances & la culture acquises dans l'année".

La nouvelle mouture de cet examen est un pur exercice de répétition du cours pour ce qui est de sa première partie, consacrée à l'explication linéaire d'un texte étudié ; et pour la seconde, ce n'est plus qu'un argumentaire apprispar cœur.

Cette Carte Blanche est aussi l'occasion pour notre professeur de nous rappeler qu'une nouvelle épreuve a intégré le baccalauréat : le Grand Oral. "Ce Grand Oral ressemble à une espèce de patchwork, un manteau d'Arlequin, où l'on trouverait pêle-mêle une manière d'exposé, là encore appris par cœur, puis un entretien, portant notamment sur le projet d'orientation du candidat..."

Mais que pense, à titre personnel, Jérôme Pichon de cette folie de l'oral ? Ecoutez sa Carte Blanche. 

La Carte Blanche iséroise du lundi au vendredi à 8h25 sur France Bleu Isère