Replay du lundi 24 février 2020

Alain Manac'h- Militant associatif à La Villeneuve de Grenoble

Aujourd’hui, je vais donc vous parler d’un habitant du quartier de La Villeneuve et qui oeuvre pour la jeunesse du quartier

.
.

. Il est quasiment né avec la Villeneuve,  juste un peu avant. Et il y a vécu traversant tous les trajets des enfants… école, collèges etc… Il a été jusqu’à un diplôme d’ingénieur. Mais voilà je me souviens de lui, il avait alors 20 ans, il n’était pas encore chauve, il était déjà grand,  et  il animait dans les écoles du quartier des « club Afrique ».C’était après les heures de classe une sorte de préfiguration de ce qu’on appelle le péri scolaire. L’objectif de ces club Afrique était de sensibiliser le plus d’enfants possibles aux réalités africaine, histoire… culture… développement ou plutôt mal développement etc. 

Puis en 2010… donc il y a 10… notre Dindon chauve avec son association « afric’impact »  s’intéresse à ce qui se passe dans la MJC de Colombe. Alors que la presse s’acharnait sur cette commune  avec la mise en  évidence de certains fait d’actualité… Trois policiers tués à Colombe, le gymnase part en fumée… deux braquages etc etc.. Cela n ous rappelle quelques bons souvenirs… les jeunes de la batuc’Ados de Colombes sillonnaient déjà la France depuis 6 ans  avec leur Batucada donnant une autre image de leur ville. 

La Batucada c’est un genre de musique particulière avec des percussions traditionnelles du brésil qui est un sorte de sous genre de la Samba… Né à Rio des Janeiro ces musiques assurent la base des écoles de Samba… C’est le mélange de trois cultures : africaine, portugaise et indienne. Musique parfaite pour la déambulation et le carnaval. 

Alors en 2010 sous fond de fameux évènements de la Villeneuve, et fort de tout ce que ces batud’ados ont apporté à la fois aux jeunes qui y participent, à leur quartier et à leur ville,  notre Dindon chauve lance alors le programme BATUKA VI… VI comme Villeneuve. 

10 ans déjà que cette troupe d’enfants de la villeneuve déambulent un peu partout dans le monde. Mais la Batukada est bien plus qu’une école de musique, celle où on pose son enfant à 17 h 30 et ou vient le rechercher à 19 h 30 et qu’il est bien rempli de note de son propres et joli. 

Non la Batukavi c’est un projet, un quasi projet de vie… Il implique fortement les parents de ces enfants qui pilotent et accompagnent. Ce projet vise de toute évidence a revaloriser l’image du quartier… c’est un projet artistique mais pas que… Certes ces enfants font de la musique, et ils cultivent des savoirs faire musicaux mais pas que… ils travaillent aussi la connaissance géographique des pays qu’ils visitent… Amérique latine, Afrique. Ils ont des initiations linguistiques des pays qu’ils visitent. Cette année ils vont  au Japon pour les jeux olympique et bien ce sont des  cours de japonais, des cours de percussion japonaise. 

Mais la Batukavi c’est aussi  comme le dit Willy le dindon chauve un apprentissage des savoir être… avec des valeurs fortes comme l’écoute des autres l’ouverture, la confiance en soi et dans les autres, la patience mais aussi l’assiduité, la ponctualité le respect des règles… 

Le projet de la Batukavi c’est plusieurs facettes : s’exprimer avec une grande  exigence artistique de qualité, mais sans grade… mais c’est aussi un outil d’éducation, un truc qui permet de façon visible le mélange des générations, des couleurs et des origines… 

Voilà donc 10 ans que la Batukavi sillonne la planète, comme messagère du quartier, de sa composition et de sa générosité… 

Mais comme on est ambitieux à la Batukavi elle est devenue maintenant la batukada des deux Villeneuves, celle de Grenoble et celle d’Échirolles. Et comme on est toujours exigeants à la Batukavi ils vont animer cette année le carnaval à la fois à Echirolles et à Grenoble. Ce sera un carna’light avec des grandes poupées lumineuses, des costumes colorés et lumineux. Venez déguisé et vous repartirez lumineux…  des instruments des danses dans la lumière. Ce carnalight promet… 

Notez bien cela se passera le vendredi 13 mars à Grenoble et le samedi 14  mars . rendez vous des 16 h 30 pour se costumer, s’éclairer les uns les autres, déambuler ensuite… Une grosse fête en perspective celles des deux quartiers ensemble… 

Voilà donc ce genre de choses que préparent les dindes de ce quartier. Ces dindes là sont totalement allumées, évidemment puisqu’ils préparent un carnaval lumineux… Et pour faire ça, pour oser tout cela il faut certainement être largement fêlés. 

Mais comme le disait Michel Audiard « bien heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière...

Mots clés: