Replay du lundi 19 avril 2021

Serge Taboulot : Gelées noires, la catastrophe

- Mis à jour le

Retour sur le redoutable épisode de gel que l’Isère a connu dans la nuit du 7 au 8 avril 2021. Un phénomène que l'on appelle "gelées noires". De quoi s'agit-il exactement ? Explications dans la Carte Blanche iséroise de Serge Taboulot.

Un épisode de gelées sans précédent a touché l'Isère début avril. Retour sur cette catastrophe
Un épisode de gelées sans précédent a touché l'Isère début avril. Retour sur cette catastrophe © Maxppp - LA PROVENCE/SUAU Valérie

"Il s’agit d’un terme plutôt agricole que climatique", comme nous l'explique Serge Taboulot, ingénieur météorologue, ancien chef du Centre Météo-France des Alpes du Nord, "On parle de gelées noires dans le cas d’un air très froid et très sec. Elles se distinguent clairement de la gelée blanche, où les températures ne sont négatives qu’au voisinage du sol, ce qui se manifeste souvent par l’apparition de cristaux de givre bien visibles. Dans la nuit du 7 au 8 avril en Isère, les températures ont été fortement négatives presque toute la nuit, autant à raz du sol qu’au niveau des branches des arbres".

Le terme de gelée noire illustre les dégâts sur tous les bourgeons et les jeunes pousses : le gel les grille totalement, puis tout noircit les jours suivants.

Le gouvernement parle de la plus grosse catastrophe agronomique du XXIème siècle. Notre expert est aussi d'accord avec cette analyse : "il s’agit bien d’un cataclysme avec des dégâts agricoles majeurs sur plus de 80% du territoire français. Deux chiffres pour résumer la catastrophe en Isère : -7° à Grenoble Saint-Geoirs, et jusqu’à -4 en vallée du Rhône, une des zones de France la plus rarement touchée par les fortes gelées de printemps !" Comme le souligne Serge, certains ont accusé les services de Météo France jugeant qu'ils n'avaient pas alerté suffisamment ; "La cible est mal choisie ; il serait bien plus constructif de proposer une vigilance agricole pour mettre en lumière ce genre de risques ! Avec une évidence : il va falloir soutenir les agriculteurs des secteurs dévastés".

Au mois de mars en France, nous avons battu sur les stations du réseau de Météo-France 172 records de chaleurs ; les gelées d’avril, de leur côté, n’ont représenté que 90 records de froid. Notre climat évolue de plus en plus vite.

Pour Serge Taboulot, l'un des coupables est le changement climatique. Il s'explique. Ecoutez sa Carte Blanche iséroise.